•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un respirateur artificiel à code source ouvert soumis pour approbation

Un prototype du respirateur artificiel du MIT branché sur un mannequin.

L'E-Vent du MIT est fabriqué avec un ballon-masque.

Photo : Massachusetts Institute of Technology

Radio-Canada

Une équipe de recherche du Massachusetts Institute of Technology (MIT) souhaite bientôt rendre publics les dessins de conception et les fichiers d’impression 3D nécessaires pour construire un respirateur artificiel à faible coût qu’elle a conçu. C’est une initiative qui pourrait aider des hôpitaux dans le monde entier à avoir des quantités suffisantes de cet équipement essentiel pour soigner les personnes gravement atteintes de la COVID-19.

Baptisé Emergency Ventilator (ventilateur d’urgence), ou E-Vent, cet appareil est fabriqué avec un ballon-masque, une sorte d’insufflateur manuel dont se servent habituellement des ambulanciers et ambulancières. L’E-Vent compresse automatiquement ces masques à l’aide d’un moteur, simulant ainsi le fonctionnement d’un respirateur artificiel conventionnel.

Ce ventilateur d’urgence a été conçu par un groupe d’élèves du MIT il y a plus d’une décennie, lors d’un cours de conception d'usinage de précision. Il était à la base pensé pour les zones rurales de pays en développement ayant un accès limité aux respirateurs artificiels.

Il pourrait toutefois s’avérer fort utile dans le contexte de pandémie actuel, alors que les hôpitaux partout sur la planète s’inquiètent de manquer de cet équipement crucial. La pneumonie et le syndrome respiratoire aigu sévère sont souvent la cause d’hospitalisations liées à la COVID-19, et les respirateurs artificiels sont essentiels pour traiter adéquatement ces cas graves.

Gros plan sur le respirateur artificiel du MIT. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L’E-Vent coûte une centaine de dollars à produire.

Photo : Massachusetts Institute of Technology

L’E-Vent coûte une centaine de dollars à produire, alors que le prix d’un respirateur artificiel normal peut atteindre les dizaines de milliers de dollars.

Une solution de rechange

Cette semaine, l’équipe de recherche du MIT a soumis son concept à la Food and Drug Administration (FDA), l’agence fédérale américaine chargée de la commercialisation de nouveaux médicaments, temporairement autorisée par le président Donald Trump à accélérer l’approbation de tout ce qui est touche la COVID-19.

Les gens derrière la création de l'E-Vent précisent sur leur site web que l'appareil n’équivaut pas à ceux qu’on trouve déjà dans les unités de soins intensifs en ce qui a trait à sa fonctionnalité, sa flexibilité et son efficacité clinique.

Selon eux, il demeure tout de même une solution de rechange efficace, utile pour libérer des ressources existantes ou dans des situations de vie ou de mort où aucune autre option n’est disponible.

Avec les informations de MIT Technology Review

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

Techno