•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le réseau de la santé se prépare à manquer de gel désinfectant pour les mains

« Ils nous disent que ça achève. »

Des mains sous des distributeurs de gel désinfectant.

La meilleure défense contre le coronavirus demeure de se laver souvent les mains, selon les experts.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Par peur de manquer bientôt de gel hydroalcoolique pour le personnel, des centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS) démarchent des distilleries pour savoir si elles souhaitent en fabriquer, a appris Radio-Canada.

« Il n’y a pas de pénurie dans le réseau présentement », affirme le porte-parole du ministère de la Santé du Québec, Nicolas Vigneault. Toutefois, le réseau se prépare à en manquer, si l’on en croit les communications que nous avons obtenues.

Dans un courriel adressé à une distillerie de la région de Montréal, la responsable des approvisionnements du CISSS de la Montérégie-Est écrit : « Je me demandais si c’est un enlignement que vous comptiez prendre et si dans l’affirmative, vous pourriez me contacter le cas échéant car c’est un grand besoin pour nos employés. »

Courriel envoyé par le CISSS Montérégie-Est à une distillerie de la région de Montréal.

Courriel envoyé par le CISSS Montérégie-Est à une distillerie de la région de Montréal.

Photo : Radio-Canada

Le CISSS a aussi contacté la distillerie Noroi de Saint-Hyacinthe, qui compte produire une solution hydroalcoolique.

La compagnie Adfast de Montréal, qui réoriente sa production vers du désinfectant, affirme aussi avoir reçu des appels de centres de santé.

« Il n’en manque pas, mais on n’en a plus beaucoup, témoigne un travailleur de la santé dans un hôpital montréalais. Il y a même eu des vols dans l’établissement, de la part d’employés. »

La cidrerie Michel Jodoin constate « un intérêt majeur » pour la production de solution hydroalcoolique qu’elle s’est engagée à lancer en collaboration avec Pur Vodka. Plusieurs CISSS l’ont contacté. « Ils disent que ça achève », témoigne Michel Jodoin.

Les nouveaux producteurs de gel désinfectant devront toutefois attendre une autorisation de Santé Canada. Plus tôt que cette semaine, Pur Vodka et Michel Jodoin prévoient en produire la semaine prochaine.

« Dans le contexte actuel, ce genre de produit est très en demande partout dans le monde », explique le porte-parole du CISSS de la Montérégie-Est Hugo Bourgoin. Nous vérifions quotidiennement nos inventaires, la situation est gérée en temps réel et ajustée au fur et à mesure de l’évolution de la situation. »

Le CISSS de la Montérégie-Est se doit d’être prévoyant et proactif en envisageant des solutions dans l’éventualité où l’approvisionnement en gel hydroalcoolique se ferait plus difficilement.

Hugo Bourgoin, porte-parole du CISSS de la Montérégie-Est

Le gouvernement fédéral a placé les désinfectants sur la liste des produits essentiels pour lesquels il appelle les fournisseurs et les industriels à l’aide.

La plupart des pharmacies n’ont plus de stocks, confirme l’Ordre des pharmaciens du Québec. Certaines pharmacies préparatrices s'apprêtent à produire leur propre gel.

Mais pour le moment, difficile de fournir qui que ce soit. Il est même impossible d’envisager une solution comme celle de la Belgique, qui a annoncé mardi que pour acheter des masques et des gels hydroalcooliques, une ordonnance sera dorénavant obligatoire.

À Longueuil, la député indépendante Catherine Fournier reçoit beaucoup d'appels d'organismes et de maisons d'hébergements qui manquent de gel désinfectant. Elle encourage le ministère de la Santé à lancer, comme Ottawa, un appel aux distilleries « pour une production québécoise de masse ».

Le ministère rappelle que l’une des mesures les plus efficaces pour prévenir la propagation du virus est de se laver les mains régulièrement quand c’est possible, ce qui n’épuise pas les stocks de désinfectant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

Santé