•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En pleine pandémie de COVID-19, un nouveau magasin de cannabis ouvre au marché By

Un pot de cannabis séché tenu dans une main

La vente de cannabis est considérée comme un service essentiel en Ontario.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Radio-Canada

La vente de cannabis est considérée comme un service essentiel en Ontario. Alors que de nombreux commerces dans d'autres secteurs de l'économie se voient forcés de fermer temporairement, une boutique de cannabis ouvre au marché By dans le centre-ville d’Ottawa.

La compagnie HOBO annonce l’ouverture d'une boutique dans le marché By à Ottawa, dans le cadre d’une expansion de ses 15 magasins en Ontario. Un autre magasin devrait ouvrir ultérieurement dans le centre commercial Merivale situé dans le quartier Nepean à l'ouest de la ville.

La compagnie, qui possède des boutiques de cannabis en Colombie-Britannique et en Ontario, affirme prendre des mesures de précautions additionnelles pour assurer la sécurité des employés et des clients.

Ces mesures incluent la suppression des pots (pour sentir le cannabis) et des kiosques, des mesures d’assainissement accrues, des séparateurs en plexiglas et une limitation du trafic dans les magasins, indique la compagnie par voie de communiqué.

HOBO encourage aussi les clients à effectuer leurs commandes en ligne afin de diminuer les contacts en magasin.

HOBO était déjà présente dans la capitale nationale avec un magasin ouvert dans au 391, rue Bank, mais ce dernier a été renommé par son propriétaire après l’expiration de son accord de licence avec HOBO.

Une ouverture qui fait sourciller

Le gouvernement Ford a annoncé hier que tous les magasins de vente de cannabis sont considérés essentiels. Ils peuvent donc rester ouverts.

Les Ontariens vivent beaucoup de stress et certains ont besoin de cannabis, souligne le vice-président de la compagnie, Harrison Stoker.

La professeure titulaire de criminologie à l'Université d'Ottawa, Line Beauchesne, abonde dans le même sens.

Les gens, pour gérer leur stress à la maison, ils prennent de la malbouffe, du chocolat, du café, de l'alcool, énumère-t-elle. Est-ce que les sucreries sont essentielles ? Non, mais les gens sont cloisonnés à la maison.

Je pense qu’on n'a pas à juger la manière dont les gens gèrent leur stress à l’heure actuelle.

Line Beauchesne, professeure titulaire de criminologie à l'Université d'Ottawa

Mme Beauchesne précise que ces éléments peuvent réconforter les gens dans leur quarantaine. Elle espère toutefois que les citoyens qui consommeront le feront avec modération.

Avec les informations de Jérôme Bergeron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Cannabis