•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prudence et optimisme en ce début de la saison de pêche au crabe

Un crabier quitte un port.

La saison de pêche au crabe des neiges a été lancée mercredi matin dans la zone 17.

Photo : Radio-Canada / Julie Tremblay

Radio-Canada

Les crabiers de la zone 17 sont sortis en mer tôt mercredi matin. Un début de saison qui soulage les pêcheurs dans le contexte de la pandémie.

En tout, 23 bateaux participent à la pêche dans cette zone.

C’est dans la zone 17 que la pêche au crabe est lancée en premier dans le golfe du Saint-Laurent. Elle s'étend au large de Rivière-du-Loup, au Bas-Saint-Laurent, jusqu'à Rivière-à-Claude, en Gaspésie. Sur la Côte-Nord, les pêcheurs peuvent capturer le crabe à l'ouest de Pointe-des-Monts.

Carte des zones de pêche pour le crabe des neiges.

Carte des zones de pêche pour le crabe des neiges.

Photo : Pêches et Océans Canada

Comme les populations de crabes diminuent, le quota de pêche est inférieur cette année. L'an dernier, plusieurs pêcheurs n'avaient pas été capables de l'atteindre.

En plus de l'incertitude entourant la pandémie, les pêcheurs composent cette année avec une baisse de quotas de 43 %, soit la plus importante enregistrée en plus de 50 ans.

« On est à l'air pur... »

Des casiers à crabes et des crabiers.

23 crabiers participeront à la pêche dans la zone 17.

Photo : Radio-Canada / Julie Tremblay

En dépit de ces perspectives peu encourageantes, le président de l'Association des pêcheurs de crabe de la zone 17, René Landry, garde son optimisme. L’année passée, on a vu beaucoup de crabes blancs vers la deuxième moitié de la saison, mentionne-t-il. C’est une classe d’âge qui est supposée être abondante. On le voyait venir depuis trois ans, donc on espère que la pêche va être bonne. On va le savoir dans deux semaines.

René Landry assure que les capitaines ont pris les mesures nécessaires pour éviter la propagation du coronavirus à bord des bateaux.

Le pêcheur devant son bateau.

René Landry, président de l'Association des pêcheurs de crabe de la zone 17

Photo : Radio-Canada

Les capitaines ont des craintes, c’est certain, commente-t-il. Mais on a pris des mesures, entre autres, pour éviter les rapprochements entre les hommes de pont et les hommes sur le quai. Si jamais on voyait qu’un pêcheur a apparence de maladie, on prendrait tout de suite les dispositions pour l'évacuer. Mais quand même, on se dit qu’on est à l’air pur.

C’est inquiétant, mais faut se garder un peu d’optimisme. Avec ce qu’on vit présentement, je pense que le monde a encore envie de manger du crabe avec un verre de vin pour se changer les idées.

René Landry, président de l'Association des pêcheurs de crabe de la zone 17

Pour sa part, le crabier et propriétaire de poissonnerie René Doucet a décidé de fermer son commerce au moins jusqu’au 15 avril. J’ai peur de ça. Je veux pas mettre ma poissonnerie en difficulté, explique-t-il. Je pense à nos aînés et à mes employés. J’aime mieux laisser passer 15 jours, 3 semaines et perdre des ventes. Il estime ces pertes potentielles à environ 40 000 livres de crabe invendu.

Il dit être très strict avec ses pêcheurs pour éviter qu’ils ne soient contaminés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Industrie des pêches