•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’achat local, un moyen de sauver bien des petites entreprises

Des affiches dans la vitrine d'un petit commerce indique qu'il est fermé.

Bien des entreprises ont dû cesser ou réduire temporairement leurs activités en raison des directives de la Santé publique destinées à enrayer l'épidémie de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le concept de l’achat local est remis de l’avant au Nouveau-Brunswick pour appuyer les petites et moyennes entreprises durant cette période de crise et de distanciation sociale.

Au restaurant Notre Dame de Parkton, à Moncton, le roulement des affaires ne pourrait pas être plus loin de la normale depuis l’état d’urgence décrété par le gouvernement du Nouveau-Brunswick. Toutes les entreprises qui servent de la nourriture et des boissons ne peuvent les offrir que pour emporter ou par livraison.

À un moment donné, on s'est fait couper la clientèle. Puis, on s'est dit qu’on va juste vendre ce qu'on a comme produit et devenir un peu comme un service essentiel pour la communauté, affirme le propriétaire du restaurant, Marc Léger.

Marc Léger devant l'enseigne du café

Marc Léger et aussi propriétaire du Laundromat Café à Moncton.

Photo : Radio-Canada / Guy Leblanc

En se basant sur cette idée simple et pratique, Marc Léger estime qu’il peut continuer de faire fonctionner son commerce, même au ralenti.

À partir de nos ventes de la semaine passée, on s'est dit qu’on a encore une production de lardon, de bedaine de porc, à transformer en bacon et qu'on aurait vendu au marché des fermiers. On est coupé là. Ça fait qu'on s'est dit qu'on ferait des boîtes, explique-t-il.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Une campagne pour l'achat local

La société de développement économique du Grand Moncton, 3+, tente de promouvoir ce genre d'initiative pour que plus de gens d’affaires s'y mettent, notamment avec la campagne intitulée l'Amour d'ici.

C'est avec un partenariat entre la Chambre de commerce du Grand Moncton et 3+ qu'on veut mettre de l'avant les initiatives, explique la PDG de 3+, Susy Campos. Le but, souligne-t-elle, est d'aider les entreprises à s'ajuster à une nouvelle manière de faire les affaires.

Le commerce local, surtout en ces temps incertains, est extrêmement important, rappellent des intervenants.

L'avantage d'acheter local, c'est que ça n'a pas besoin de venir de l'extérieur de la province. C'est d'ici, alors on est en communication avec nos producteurs tous les jours. On sait ce qu'ils ont ou ce qu’ils n’ont pas et on peut renseigner les gens, indique le gérant de la cuisine du marché Dolma Foods, Jean-François Delamarre.

Jean-Francois Delamarre interviewé devant l'édifice de l'etreprise.

Jean-Francois Delamarre, gérant de la cuisine du Dolma à Moncton.

Photo : Radio-Canada / Guy Leblanc

Il importe que les gens achètent les produits ou services d’entreprises familiales pour qu’elle puissent survivre à la crise, ajoute Susy Campos.

L'achat local aide non seulement les entreprises à maintenir leurs activités, ce geste appuie aussi toute une chaîne de producteurs et de fournisseurs locaux, explique Marc Léger.

Susy Campos invite les entreprises locales qui lancent des initiatives du genre à communiquer avec 3+, qui tentera de les promouvoir dans le cadre de la campagne.

Avec les renseignements de Mathieu Massé

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Coronavirus