•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'école à la maison : pas de pression disent des experts

Les apprentissages à la maison n'ont pas besoin de remplacer ceux qui devaient avoir lieu à l'école selon des experts en éducation.

Un enfant écrit sur une feuille placée devant un écran d'ordinateur sur lequel on voit un autre enfant faire la même chose.

Émile participe à une classe virtuelle chez lui

Photo : Image: Nathalie Nadon

C'est ce que croit la chercheuse de l'Université d'Ottawa Megan Cotnam-Kappel. La professeure en enseignement affirme que les parents peuvent encourager le développement et l'éducation de leurs enfants sans s'improviser enseignants.

Selon elle, les parents ne devraient pas s'inquiéter du retard que leur enfant pourrait prendre puisque tous les jeunes sont dans la même situation. Mme Cotnam-Kappel affirme également que les compétences les plus importantes à développer s'apprennent en pratiquant des activités de tous les jours.

Les parents doivent se faire confiance. Ils peuvent apporter beaucoup à leur enfant sans connaître le programme.

Megan Cotnam-Kappel, professeure en enseignement à l'Université d'Ottawa

Le conseil des ministres de l'Éducation a établi ce qui est appelé un cadre de compétences global qui devrait, selon la professeure, orienter les réflexions des parents.

Compétences globales

  • pensée critique et résolution de problèmes;
  • innovation, créativité et entrepreneuriat;
  • apprendre à apprendre / la conscience de soi et l’apprentissage autonome;
  • collaboration;communication;
  • citoyenneté mondiale et durabilité

Source: Conseil des ministres de l'Éducation du Canada

Recherche d'équilibre

C'est aussi la philosophie qu'a adopté Frédéric Boutin.

Enseignant de profession, le père d'Olivier, élève en Jardin, et Juliette, élève en 6e année, tente d'équilibrer temps de qualité en famille et apprentissage.

Juste suivre une recette de cuisine devient une situation réelle et tout le monde apprend.

Frédéric Boutin, père de deux enfants

Il a aussi déniché plusieurs applications éducatives qui font le bonheur de ses enfants.

Bien qu'Olivier et Juliette apprécient le temps passé en famille, ils admettent tous les deux s'ennuyer de leurs amis.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Contrer l'isolement

C'est d'ailleurs cet isolement que tente de contrer Nathalie Nadon. Son fils Émile, élève de première année, est enfant unique. La mère a décidé de former sa propre classe virtuelle.

Pour l'instant un autre enfant de la classe d'Émile s'est joint aux activités et elle espère former un groupe de 4 ou 5 jeunes au cours des prochaines semaines.

Une femme tient une feuille d'exercices qu'elle montre à l'écran.

Nathalie Nadon a trouvé des exercices qu'elle copie pour son fils et ses amis qui se joignent à sa classe virtuelle.

Photo : Image: Nathalie Nadon

Classes virtuelles

Des établissements d'enseignement privés, comme le Lycée français de Toronto, ont adopté, pour leur part, des classes virtuelles.

Un petit espace est aménagé comme le devant d'une classe avec des chiffres, des lettres et les jours de la semaine.

Plusieurs éléments de la classe réelle de Lucie Deniau se retrouvent dans sa classe virtuelle.

Photo : Image: Lucie Deniau

Lucie Deniau enseigne à la maternelle et a aménagé une classe miniature dans son appartement.

L’idée est de garder un lien affectif avec les élèves et un lien social avec les parents.

Lucie Deniau, enseignante de maternelle, Lycée français de Toronto

Une solution toutefois peu adaptable aux écoles publiques, selon Megan Cotnam-Kappel. Elle affirme que l'école à distance que devrait offrir les conseils scolaires de l'Ontario au cours des prochaines semaines devrait employer des outils qui seront accessibles à tous et ne pas compter uniquement sur les écrans.

La professeure souligne également que les enseignants sauront s'adapter au moment du retour en classe et devront permettre à tous les élèves de reprendre la matière laissée de côté par la fermeture des écoles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Éducation

Société