•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Incertitudes pour les déménagements à l’heure de la COVID-19

Un déménagement sur la rue Parvis à Québec, le 24 mars 2020.

Photo : Radio-Canada / Hadi Hassin

Radio-Canada

Les contrecoups de la pandémie sont déjà bien ressentis par tous ceux qui sont en recherche d'un logement ou d'une maison. Beaucoup d’incertitudes planent puisque les visites, les inspections et les évaluations sont en grande partie annulées.

La situation évolue rapidement et les courtiers immobiliers sont fortement sollicités pour rassurer leurs clients.

Souvent, les gens vendent avant d’acheter et là ils se retrouvent à devoir quitter leur logement pour le 1er mai ou le 15 mai sans avoir pu en trouver un nouveau, indique Jimmy Doyon, un courtier immobilier chez Via Capitale.

C’est le cas de Pamela Bou Malhab, une infirmière qui a vendu sa maison il y a environ un mois. Sa famille et elle doivent maintenant la quitter d’ici le 1er mai, mais sans avoir trouvé de nouveau logement.

On avait un court délai pour se trouver une autre maison, mais c’est sûr qu’on n’avait pas vu venir la situation dans laquelle on est en ce moment, relate-t-elle.

Devant ce genre d’enjeu, les courtiers immobiliers doivent se mettre en mode solution, selon Jimmy Doyon.

La bonne nouvelle, c’est qu’il y aura un petit peu moins de touristes, alors il y a des locations court terme qui seront sans doute disponibles en attendant, estime-t-il cependant.

Jimmy Doyon en entrevue dans un quartier de Québec.

« On est tous dans la même situation et on ne l’a jamais vécue, alors aujourd’hui on peut juste s’asseoir ensemble pour regarder quelles sont les avenues possibles », remarque Jimmy Doyon, courtier immobilier chez Via Capitale.

Photo : Radio-Canada

Le courtier explique qu’il est aussi possible de tenter aussi de prolonger les délais en appelant à la compréhension de tous les partis impliquée.

On peut, par exemple, appeler l’acheteur pour lui demander de retarder un peu et le 15 mai peut devenir le 15 juin, illustre M. Doyon.

Pamela Bou Malhab appelle quant à elle à un arrêt le temps que la crise passe.

Ce que j’espérerais, c’est que toutes les transactions soient mises sur pause pour que tout le monde puisse rester plus longtemps dans son logement et comme ça personne ne stresserait avec un déménagement, soutient-elle.

Notre dossier COVID-19 : les services ouverts ou fermés dans votre région

Déménageurs jugés essentiels

Malgré les incertitudes dans le milieu de l’immobilier, les déménageurs ont tout de même été désignés comme étant un service essentiel par le gouvernement québécois mercredi. Cette annonce a tout de même surpris le directeur de la succursale de Québec de Déménagement La Capitale.

On avait déjà pris les devants et on a devancé les déménagements à aujourd’hui pour s’assurer que nos clients qui devaient déménager cette semaine puissent le faire pareil, indique Jean-Sébastien Bonin.

Malgré l’important retentissement des activités économiques en raison du confinement et de la fermeture de nombreux commerces, la demande demeure jusqu’à maintenant élevée dans le secteur du déménagement.

On voit qu’il y a une plus grande demande du côté commercial à cause des personnes qui font du télétravail, souligne Jean-Sébastien Bonin. Son entreprise se fait ainsi engager pour déplacer des ordinateurs et du mobilier pour que les personnes puissent travailler de la maison.

Jean-Sébastien Bonin devant une automobile blanche

« Pour le moment on ne le sait pas vraiment, mais c’est sûr que si tout est arrêté pendant 3 semaines, il y a certains déménagements qui n’auront pas le choix d’être repoussés à dans 3 semaines également », remarque Jean-Sébastien Bonin, directeur de la succursale de Québec de Déménagement La Capitale.

Photo : Radio-Canada / Hadi Hassin

Certaines réservations doivent tout de même être déplacées dans le contexte de la pandémie. Par exemple, il est devenu plus complexe pour les déménageurs d'entrer chez des personnes âgées.

Certaines mesures sont aussi prévues dans le cas de clients qui pourraient être atteints du coronavirus.

C’est sûr qu’on va demander pour repousser son déménagement et c’est sûr qu’on va demander une preuve qu’il a été testé négatif avant d’aller, assure le déménageur.

Mesures d’hygiène et de protection

L’entreprise communique maintenant avec ses clients avant les déménagements pour s’assurer qu’ils ne présentent pas de symptômes.

Des mesures particulières ont aussi été prévues lors des déménagements. Par exemple, au lieu d’être trois par camion, les déménageurs ne sont que deux, et le troisième les suit en automobile.

À partir de maintenant, tous nos employés vont avoir des chiennes de travail qu'ils vont laisser au bureau, on va fournir des boîtes de gants pour chaque camion et on a également acheté des pulvérisateurs qu’on va remplir d’une solution d’eau de Javel pour pouvoir désinfecter les camions après chaque client, ajoute Jean-Sébastien Bonin.

Jean-Sébastien Bonin tend des gants à l'un de ses employés.

Jean-Sébastien Bonin donne des gants à l'un des déménageurs.

Photo : Radio-Canada / Hadi Hassin

Le directeur de la succursale de Québec critique le manque de directives claires des autorités gouvernementales. Il nous manque des bonnes mesures, en étant un service essentiel on est un peu laissé à nous-même. On essaie par nos propres moyens de protéger nos employés, déplore-t-il.

Avec les informations de Marie-Pier Bouchard et Hadi Hassin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Immobilier