•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Encore plus de chômeurs, dans quelques heures, au Bas-Saint-Laurent

La rue Saint-Germain, en hiver. Aucune auto ni piéton n'y circulent.

Le centre-ville de Rimouski était désert dans l'après-midi du 24 mars, quelques heures avant la fermeture imposée des services jugés non essentiels pour freiner le coronavirus.

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Radio-Canada

La fermeture imminente des commerces et des entreprises non essentielles décrétée par le gouvernement Legault à partir de minuit mardi soir va entraîner une multiplication du nombre de chômeurs au Québec. À Rimouski, il n'y avait pas d'engorgement au bureau d'assurance-emploi à Rimouski mardi matin.

Ottawa a reçu près de 930 000 demandes d’assurance-emploi la semaine dernière, ce qui a causé l’engorgement des services d’assurance-emploi un peu partout au pays.

Toutefois, ce n’était pas le cas au bureau de l’assurance-emploi à Rimouski mardi, où il y avait un va-et-vient de citoyens venus s’informer sur la façon de s’inscrire à l’assurance-emploi. Les chômeurs rencontrés par Radio-Canada semblaient généralement satisfaits du service offert.

Des citoyens expliquent qu’ils se sont rendus en personne au bureau puisqu’il est difficile d’obtenir de l’information par téléphone.

On a répondu à mes questions et je peux faire ma demande maintenant.

Un citoyen au bureau de l’assurance-emploi à Rimouski

Un homme indique que sa visite a duré seulement 15 minutes. C'est bien, ajoute-t-il. Les gens sont espacés. La sécurité, c'était parfait. On pouvait se laver les mains. Il n'y avait pas grand monde. C'était bien organisé.

D’autres se sont montrés conscients de la gravité de la situation. On s'adapte, lance une citoyenne de passage au bureau d’assurance-emploi. On est des humains et l'être humain est fait pour s'adapter.

Un stationnement vide. On voit un centre commercial au loin.

Un stationnement vide à Rimouski, lors du la pandémie de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Attente de minimum deux semaines

La distribution des premiers chèques fédéraux d’assurance-emploi à ceux qui ont perdu leur travail en raison des mesures imposées pour limiter la propagation du coronavirus pourrait ne débuter que le 6 avril, a dit le premier ministre François Legault dans son point de presse quotidien.

M. Legault a laissé entendre que si Ottawa ne bouge pas rapidement, son gouvernement pourrait, en temps et lieu, mettre en place des mesures d’urgence pour soutenir les chômeurs.

Je suis en attente de chômage, mais là, ça ne découle pas. Le système est bloqué. Il faut que je retourne chez nous et je dois rappeler et rappeler pour voir si ça va débloquer quelque part.

Une citoyenne au bureau de l’assurance-emploi à Rimouski

Les syndicats et les employeurs pressent également le gouvernement fédéral d'accélérer le processus de distribution des chèques d'assurance-emploi.

Avec les informations de Denis Leduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Économie