•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arrêt des chantiers : les travailleurs de la construction rangent leurs outils

Le gouvernement du Québec a annoncé des mesures draconiennes pour éviter la propagation de la COVID-19, dont l'arrêt des chantiers de construction.

Photo : Radio-Canada / Mireille Chayer

Radio-Canada

Sur les chantiers de construction de la région, la suspension des activités pendant trois semaines à compter de minuit, mardi, est bien accueillie, mais soulève son lot d'inquiétudes.

Rencontrés sur le terrain, certains ouvriers s’affairaient à boucler les travaux urgents avant de rentrer chez eux.

Les ouvriers sont déçus. C'est sûr qu’ils n’étaient pas prêts à ça. J'ai parlé à mon patron et je suis venu ramasser mes outils. On retourne à la maison, a fait valoir Simon Ouellet, charpentier-menuisier.

Kevin Fillion, qui est électricien chez Électricité du fjord, a été surpris par l’annonce de François Legault.

Je ne pensais pas que ça allait se rendre à la construction générale. Beaucoup de milliers de travailleurs sont touchés. J’ai été très surpris que la construction ferme aujourd'hui.

Kevin Fillion, électricien

Lorsque rencontré par Radio-Canada, le charpentier-menuisier Éric Beaumont était en train de sécuriser les gardes pour éviter les dangers de chutes.

Un travailleur de la construction qui travaille sur un chantier.

Un travailleur de la construction oeuvrant sur un chantier dans le secteur Arvida.

Photo : Radio-Canada / Mireille Chayer

Malgré l'incertitude et les craintes, les ouvriers acceptent généralement la situation avec philosophie.

C'est sûr que si ça s'étire pendant des mois, c'est plus inquiétant. Si c'est juste vraiment les trois semaines, il n’y a pas de problème. On est habitués de faire un peu de chômage, rappelle le travailleur de la construction Marc Sheehy.

Les syndicats satisfaits

La Fédération des travailleurs de la construction (FTQ) et le Conseil provincial international, qui représentent environ 110 000 travailleurs de la construction en province, se disent satisfaits des mesures prises par le gouvernement. Les responsables redoutaient la propagation du coronavirus.

Les mesures d'hygiène sur les chantiers, ce qu'on dénonçait la semaine dernière, n'étaient pas appliquées, n'étaient pas applicables sur une majorité de chantiers. Pour nous, c'est un soulagement, met en relief le directeur général de la FTQ construction, Éric Boisjoli.

Le théâtre Palace Arvida en cours de rénovation

Le chantier du Théâtre Palace Arvida est sur pause.

Photo : Radio-Canada / Mireille Chayer

Michel Trépanier, qui préside le Conseil provincial (international), a évoqué des préoccupations financières.

Mais notre rôle, c'est la santé et la sécurité de nos travailleurs en premier lieu.

Marc Trépanier, président, Conseil provincial international

Impact dans les quincailleries

Cette pause imprévue dans l'industrie de la construction aura inévitablement des répercussions ailleurs. Les quincailleries vendront moins de matériaux aux entrepreneurs dans les prochaines semaines.

C'est sûr qu'on dessert un grand pourcentage d’entrepreneurs dans la région, mais il est trop tôt pour se prononcer sur comment ça va venir affecter nos ventes, croit Stéphane Saint-Pierre, responsable des ressources humaines chez Potvin & Bouchard.

D’après le reportage de Mireille Chayer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Emploi