•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : l'industrie forestière au ralenti

Un camion rempli de billots de bois circulent sur une route rurale enneigée de la Nouvelle-Écosse.

L'industrie forestière sera au ralenti pour les prochaines semaines. (archives)

Photo : Getty Images / shaunl

Annie-Claude Luneau
Tanya Neveu

L’industrie forestière sera en partie paralysée à la suite de l’annonce par Québec de la fermeture de tous les commerces et toutes les entreprises pour trois semaines.

Certaines usines pourraient toutefois poursuivre leurs activités, puisqu’elles sont considérées comme des services essentiels.

Il y a clairement des produits liés à la transformation des billots de bois qui sont essentiels. Le papier de toilette, le carton pour l’emballage des produits alimentaires, par exemple le carton pour faire des pintes de lait, on a besoin de boire du lait dans les prochains jours. Donc, tout ça fait invariablement partie des activités essentielles, estime Frédéric Verreault, directeur exécutif du développement corporatif chez Chantiers Chibougamau.

Cependant, les usines de Chantiers Chibougamau, soit Scierie Landrienne, Nordik Kraft et l’usine mère de Chibougamau, fermeront leurs portes. Seules certaines opérations de maintenance seront maintenues.

Pour l’instant, on va continuer à faire du rabotage pour générer des sciures qui sont essentielles pour chauffer et sauvegarder les équipements et les bâtiments, parce qu'évidemment, il fait encore froid, alors un tuyau qui n’est pas chauffé, ça va avoir des dommages qui sont considérables, ajoute M. Verreault.

Rayonier poursuit ses activités

Du côté de l’entreprise Rayonier, les opérations devraient se poursuivre à l’usine de Témiscaming.

Dans une note interne, Rayonier explique que le site de Témiscaming est considéré comme une entreprise essentielle en raison des types de produits qui y sont fabriqués.

Ces produits se retrouvent dans l’alimentation, les produits pharmaceutiques et l’emballage de produits.

À Béarn, l’usine Ryam cesse ses opérations jusqu’au 20 avril.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !