•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les cliniques vétérinaires ouvertes uniquement aux animaux

Un vétérinaire examine un chien devant son maître.

Les cliniques vétérinaires sont des services essentiels selon les gouvernements du Québec et de l'Ontario.

Photo : iStock

Radio-Canada

Les cliniques vétérinaires de la région demeurent ouvertes à la population pour les cas urgents pendant la fermeture des entreprises non essentielles au Québec et en Ontario.

Les cliniques vétérinaires font partie de la liste des services essentiels établie par les deux provinces.

Les différentes cliniques ont mis en place des mesures sanitaires afin respecter les consignes de distanciation sociale du gouvernement et de pouvoir poursuivre leurs activités pendant la pandémie.

Protéger le public

Du côté ontarien, l’Hôpital vétérinaire d’Orléans ne permet plus aux propriétaires d’animaux d’entrer à l’intérieur du bâtiment.

Depuis la semaine dernière, ceux-ci doivent appeler la clinique pour les aviser de leur arrivée dans le stationnement, et attendre dans leur voiture avec leur animal. Une équipe d’assistants est chargée d’aller chercher l’animal à l’extérieur pour l’amener dans une salle d’examen.

Un vétérinaire effectue ensuite un examen et communique les résultats avec le propriétaire sur son cellulaire à l’aide d’appareils sans fils. Les traitements sont effectués sur place.

Le propriétaire n’est jamais obligé de mettre un seul pied dans l’hôpital.

Dr Étienne Ranger, vétérinaire associé à l’Hôpital vétérinaire d’Orléans

C’est aussi le même processus à la fin du rendez-vous ainsi que pour la vente de produits, comme la nourriture.

Des vétérinaires coupent les griffes d'un chat.

Des vétérinaires s'occupent d'un chat.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Les paiements sont réglés par téléphone. De cette façon, l’Hôpital vétérinaire d’Orléans évite tout contact avec les propriétaires d’animaux.

Seuls les rendez-vous médicaux auront lieu au cours des prochaines semaines. Les rendez-vous pour des procédures électives et dentaires ont tous été repoussés à plus tard cette année.

Cependant, le vétérinaire associé à l’Hôpital d’Orléans, Dr Étienne Ranger, affirme que toutes procédures nécessaires pour sauver la vie d’un animal seront effectuées.

Le service d'euthanasie est toujours disponible, mais il faut planifier un rendez-vous par téléphone lorsque c'est possible. Un seul propriétaire est autorisé dans la salle pendant les derniers moments d'un animal.

On n'empêche pas le monde de pouvoir être avec leur chat ou leur chien dans les derniers moments, mais on est en train de limiter ça, indique M. Ranger.

Selon le vétérinaire, l’Hôpital envisage d'offrir un service de télémédecine permise par le l’Ordre des vétérinaires de l’Ontario.

Mêmes mesures au Québec

Au Québec, l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec (OMVQ) demande aux vétérinaires de ne traiter que les urgences.

La Clinique vétérinaire de la Gatineau a développé une façon de fonctionner semblable à celle de l’Hôpital vétérinaire d’Orléans.

La Dre Véronique Thivierge de la clinique vétérinaire de la Gatineau souligne que ces mesures sont mises en place pour limiter la propagation du virus entre la population et les employés.

Elle précise que les médecins vétérinaires se doivent de promouvoir la protection de la santé publique selon leur code de déontologie.

Tout comme l’Ontario, les vétérinaires québécois pourraient envisager la télémédecine dans les prochaines semaines.

L’isolement au grand bonheur de certains compagnons

L’isolement volontaire, qui oblige la population à rester chez elle, provoque un changement de routine aussi pour les animaux.

Selon la Dre Véronique Thivierge, les animaux doivent s'adapter à ce changement de routine.

Il y a des animaux pour qui, de par leur nature ou leur race, ça fait leur plus grand bonheur, souligne-t-elle.

La vétérinaire indique que pour les chats, par exemple, l’adaptation peut être plus difficile. Elle suggère de leur fournir des espaces où ils peuvent avoir leur temps de repos.

L’OMVQ rappelle qu’il n’y a aucune preuve indiquant que les animaux de compagnie puissent être infectés par [la COVID-19] ni qu’ils peuvent le transmettre à l’humain.

Toutefois, le virus peut survivre quelques heures sur des surfaces sèches ou humides.

L’Ordre recommande donc de limiter les contacts des animaux avec d’autres personnes que leurs propriétaires.

Aider la population à distance

La SPCA de l’Outaouais se limite elle aussi aux urgences. Elle mise sur l’aide à la population par téléphone, ou encore par courriel.

Elle souhaite conseiller les gens pour qu’ils gardent leurs animaux et aider à distance ceux qui recherchent un animal égaré.

Les bureaux de la SPCA de l'Outaouais

Les bureaux de la SPCA de l'Outaouais sont situés rue de Varennes, à Gatineau.

Photo : Radio-Canada

Le directeur adjoint à la SPCA de l’Outaouais, Maxime Daigle, conseille à la population de ne pas toucher les animaux qu’on ne connaît pas.

Le service d’adoption demeure ouvert, mais sur rendez-vous seulement.

Les refuges animaliers font partie des services essentiels (Nouvelle fenêtre) identifiés par le gouvernement du Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Animaux de compagnie