•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
L'avion sur le tarmac de Boeing, sort de son entrepot de construction

Sur les 14 000 employés que comptait WestJet avant la crise, seuls 7100 restent en poste.

Photo : Boeing

Le transporteur aérien WestJet mettra à pied 6900 employés à partir du 25 mars en raison de la crise du coronavirus, soit environ la moitié de ses effectifs.

WestJet affirme que 90 % des départs se font sur la base du volontariat.

Aujourd’hui est un jour difficile, mais pas inattendu, affirme Lou Arab, porte-parole du syndicat qui représente les agents de bord (SCFP). Il explique que le SCFP travaille avec WestJet depuis la semaine dernière pour trouver des solutions de départs volontaires.

De son côté, la direction de WestJet affirme dans son communiqué que la situation aurait pu être pire. Même si Lou Arab le reconnaît aussi, il met l’accent sur l’étendue des personnes affectées. Il y a beaucoup d’employés de WestJet qui se sentent très mal aujourd’hui, insiste-t-il.

L'entreprise avait consulté ses employés, début mars, afin de savoir qui se portait volontaire pour quitter les rangs. Les travailleurs pouvaient demander une retraite anticipée, un départ volontaire ou un congé sans solde, ou encore choisir d'effectuer moins d’heures de travail ou de recevoir un salaire réduit. Environ 2000 personnels de bord ont choisi une de ces options, accédant ainsi à l’assurance-emploi, des couvertures médicales limitées et la possibilité de revenir quand la compagnie aura sorti la tête de l’eau!, confirme Lou Arab.

Le transporteur, établi à Calgary, souligne dans son communiqué qu’aucun pilote n’a été congédié involontairement, à la suite d'un accord trouvé avec l’Association des pilotes de lignes aériennes (ALPA). Cependant, certains pilotes ont dû accepter de faire moins d’heures de vol.

Sur les 14 000 employés que comptait l'entreprise avant la crise, 7100 personnes restent en poste. Un chiffre que le président et directeur de la compagnie, Ed Sims, décrit comme un exemple des conséquences de l’attitude généreuse montrée par les équipes, dans une vidéo enregistrée pour annoncer les licenciements.

Il explique que ces mises à pied étaient nécessaires puisque l’entreprise n’enregistre pas assez de demandes de vols pour pouvoir continuer avec les mêmes équipes. Nous nous retrouvons au même point où nous étions en 2003, en termes de taille, fait-il savoir.

De plus, par souci d’économie, WestJet a fait savoir que certains salaires seraient réduits. C'est notamment le cas pour l'équipe de cadre dirigeant qui voit son salaire divisé par deux. Les vice-présidents et directeurs recevront eux un salaire amputé de 25 %.

Quant à savoir s’il y aura d’autres mises à pied dans les semaines qui viennent, Lou Arab pense que cela pourrait peut-être arriver, mais pas en avril ni en mai pense-t-il, puisque WestJet a déjà prévu sa grille d’horaires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !