•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Victoriavillois coincé dans la jungle de l’Équateur

Étienne Marier, à l'extrême gauche sur la photo, est coincé en Équateur avec ses trois amis à cause de la pandémie de COVID-19.

Photo : Courtoisie

Radio-Canada

Après avoir multiplié les démarches auprès des instances officielles, les familles inquiètes de quatre jeunes Québécois coincés dans la jungle équatorienne lancent un ultime appel au gouvernement canadien.

Parmi elles, celle d'Étienne Marier, de Victoriaville, qui a quitté le pays le 8 mars dernier avec ses amis pour participer à un camp de pêche en Équateur.

Depuis le début de leur périple, le groupe se rendait dans un petit village pour pouvoir communiquer par Internet. Depuis samedi, c'est toutefois le silence radio. 

Selon le beau-père d'Étienne Marier, le conseiller municipal à Victoriaville Patrick Paulin, l'armée les empêcherait de rejoindre la capitale Quito en raison de la pandémie de COVID-19, en dépit des vols de rapatriement qui sont prévus dans les prochains jours. Deux vols sont prévus vers le Canada les 25 et 27 mars.

Il faut que le gouvernement entende notre appel. [...] Nous devons tout faire.

Patrick Paulin, beau-père d'Étienne Marier

Patrick Paulin dit se tourner malgré lui vers les médias en raison de l'absence de communications de la part des autorités fédérales.

Étienne Marier est loin d’être le seul Québécois qui n’arrive pas à rentrer au pays. Un groupe de 108 Québécois qui loge sur la côte ouest du pays, à une dizaine d’heures de voiture de la capitale Quito, ne peut se rendre à l’aéroport en raison des mesures de guerre adoptées là-bas.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Coronavirus