•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Québec sur pause : un dur coup pour les chocolatiers de la région

Une employée de Choco-Mango à Val-d'Or montre des pièces de chocolat produites pour Pâques.

Des pièces de chocolat produites à Choco-Mango, Val-d'Or (archives)

Photo : Radio-Canada / Émélie Rivard-Boudreau

Tanya Neveu

À moins de trois semaines de la fête de Pâques, les chocolatiers de la région subissent un dur coup avec la fermeture de leur entreprise.

Pour certains, cette période de l’année est la plus lucrative. Les chocolatiers se tournent donc vers les livraisons et les ventes en ligne pour passer à travers la crise.

C’est vraiment une période très difficile que l’on vit actuellement, confie la propriétaire de Choco-Mango de Val-d’Or, Olga Coronado Mijangos.

La chocolatière a cessé sa production de chocolat en début de semaine et va tenter d’écouler son inventaire avec la vente en ligne (Nouvelle fenêtre).

La livraison se fera deux fois par semaine d’ici au temps de Pâques. Nous allons livrer devant la porte, pour qu’il n’y ait aucun contact, explique-t-elle.

La livraison sera gratuite pour les gens de la Vallée-de-l’Or et des frais de transport seront chargés aux livraisons se dirigeant à l’extérieur de la MRC.

Chocolats Martin s’ajuste

La stratégie est semblable pour la propriétaire des Chocolats Martine de Ville-Marie, Line Descôteaux, qui a fermé boutique il y a déjà plus d’une semaine.

Dès la semaine prochaine, elle va assurer un service de livraison sur l’ensemble du Témiscamingue, sans contact. Les gens pourront appeler pour effectuer leur commande (Nouvelle fenêtre).

La propriétaire des Chocolats Martine de Ville-Marie, Line Descoteaux

La propriétaire des Chocolats Martine de Ville-Marie, Line Descoteaux

Photo : Radio-Canada / Boualem Hadjouti

Les moulages seront aussi offerts au Provigo de Ville-Marie. Bien établie dans le paysage témiscamien, Line Descôteaux a une pensée pour les petits agrotransformateurs.

Ça fait quand même 24 ans que je suis en affaires, je me dis que ça va s’arrêter un jour cette folie-là de ce qui nous arrive. Mais j’ai aussi envie de penser à nos petits agrotransformateurs qui ont moins de tribunes, qui sont moins connus. Eux, peut-être que six mois sans ventes, ça peut vouloir dire la fin de leurs opérations. Seront-ils capables de revenir et de vendre leurs produits?, se demande-t-elle.

Une crise qui fait craindre l’avenir

À Rouyn-Noranda, le Gisement Bistro-Chocolaterie vit aussi les contrecoups de cette crise. Sa production de chocolats a diminué, mais l’inventaire est toujours important, considérant que 90% des chocolats se vendent la semaine précédant Pâques.

Pâque au Gisement bistro-chocolaterie de Rouyn-Noranda

Pâques est la plus grosse période de l'année au Gisement bistro-chocolaterie de Rouyn-Noranda (archives)

Photo : Radio-Canada / Boualem Hadjouti

L’entreprise a récemment créé un site web pour les achats en ligne (Nouvelle fenêtre). Ses créations seront aussi disponibles Chez Gibb à Évain.

C’est le moment le plus important. C’est beaucoup d’investissement, de temps et d’argent. Nous dans le fond, cette période-là, c’est celle qui nous permet de vivre à l’année. Sans Pâques, on est très très nerveux. On ne sait pas ce que l’avenir nous réserve, s’inquiète le propriétaire, Charles Prince.

Les chocolatiers saluent tous le mouvement régional qui prône l’achat local en ce temps de crise.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !