•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : source d'angoisse pour les parents qui partagent la garde de leurs enfants

Les parents qui ont une garde partagée d'enfants doivent prendre des précautions supplémentaires.

Ghinwa Yassine et sa fille Gia s'enlacent, debout sur leur balcon.

Ghinwa Yassine tente de respecter les règles d'éloignement social, malgré les déplacements de sa fille chez son ex-conjoint.

Photo : Radio-Canada / Julie Landry

Julie Landry

Les parents qui ont une garde partagée de leurs enfants doivent prendre des mesures supplémentaires pour respecter les règles d'éloignement social. Mais parfois, la décision difficile de garder les enfants avec un seul parent doit être prise.

Comme de nombreux parents qui voient leur enfant partir chez leur ex-conjoint, Ghinwa Yassine vit une angoisse accrue en cette période de crise de la COVID-19. La Vancouvéroise a une fillette de 4 ans, Gia, qui va chez son père deux fois par semaine et celui-ci vient chez elle de temps en temps pour lui donner un répit.

 « Ce n'est pas idéal, mais des fois j'ai besoin d'aide. Je ne veux pas qu'une autre personne vienne dans ma maison parce qu'il y a beaucoup de risque, et comme c'est lui qui est la seule personne avec qui elle agit, le risque est entre nous trois seulement », explique la mère qui se fait du souci.

Limiter les contacts

Il est vrai que les risques sont accrus lorsqu'il y a un échange de maison, admet la Dre Alexandra Greenhill.

Ça met un tout petit peu plus en danger tout le monde, les parents surtout, mais aussi un peu les enfants.

Dre Alexandra Greenhill
Alexandra Greenhill devant la salle des nouvelles de Radio-Canada.

La Dre Alexandra Greenhill rappelle aux enfants l'importance de se laver les mains, pour vrai, avec du savon, le temps de chanter Frère Jacques.

Photo : Guillaum Tzélépoglou

La médecin recommande donc aux parents de suivre toutes règles de santé publique et de discuter entre eux pour assurer une harmonisation dans le quotidien, pour ne pas mélanger et angoisser les enfants davantage.

Avec des symptômes, il faut faire un choix

Si un enfant a des symptômes comme un mal de gorge, une toux ou un nez qui coule, il devrait rester dans la maison où il a contracté ces symptômes, selon la médecin. Elle recommande au moins 10 jours, sans visite de l'autre parent, parce que l'autre parent serait à risque.

La médecin met aussi en garde les parents séparés : ce n'est pas le temps d'utiliser cette situation pour ouvrir de nouvelles discussions sur les droits de garde partagée.  « Ce n'est vraiment pas le temps en ce moment de jouer avec ça parce que la vie de toute la famille en dépend », avertit-elle.

La Dre Greenhill rappelle que la situation actuelle est sérieuse, unique et extraordinaire. D'après elle, les parents doivent prendre leur responsabilité par rapport aux enfants et bien communiquer entre eux pour diminuer les risques de transmission.

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Coronavirus