•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des entreprises misent sur la publicité en temps de crise

La chaîne St-Hubert a été fondée au Québec en 1951.

Faisant fi de la crise sanitaire et des sombres perspectives économiques, l’entreprise de restauration St-Hubert a mis sur pied une stratégie de marketing totalement réinventée en quelques jours seulement.

Photo : ICI Radio-Canada/Cimon Leblanc

Pascal Poinlane

En raison de la crise du coronavirus, des entreprises ont mis sur pied des stratégies de marketing totalement réinventées en quelques jours seulement.

Faisant fi de la crise sanitaire et des sombres perspectives économiques, l’entreprise de restauration St-Hubert n'a pas tardé à investir dans une nouvelle campagne publicitaire.

Nous sommes le 15 mars. Alors que la pandémie fait ses premiers pas au Québec, Groupe St-Hubert annonce la fermeture de tous les restaurants de la bannière. L’entreprise décide du même coup de refaire des publicités pour la télévision en misant sur le service de livraison.

L’agence de publicité SidLee réussit à pondre la capsule en utilisant des images déjà filmées pour des campagnes précédentes, mais jamais utilisées. Le nouveau message est simple et efficace : On vous livre du réconfort.

C’est un immense tour de force de s’adapter à la situation. Il fallait développer des messages pertinents, à l’image de notre entreprise, et ensuite boucler l’achat média pour que ce soit en ondes.

Josée Vaillancourt, directrice des communications, groupe Saint-Hubert
Le slogan « On vous livre du réconfort » coiffe un véhicule de livraison orné d'une crête de coq.

La Groupe St-Hubert a dû revoir sa campagne de publicités après la fermeture de ses salles à manger.

Photo : Courtoisie / Groupe St-Hubert

Notre dossier COVID-19 : les services ouverts ou fermés dans votre région

Adaptation rapide

D’autres entreprises ont aussi adapté rapidement leur stratégie de marketing. Plusieurs fournisseurs internet ont annoncé qu’ils retiraient les limites l'utilisation de données de leurs forfaits. Des entreprises de divertissement ont débrouillé des chaînes de télévision.

Chez Vidéotron, une nouvelle publicité a remplacé certaines des capsules télévisées prévues précédemment.

L’idée, c’est de démontrer que Vidéotron fait sa part pour aider les familles à rester chez elles, tout en restant connectées, explique Merrick Séguin, conseiller en relations publiques chez Vidéotron.

Un investissement judicieux

C’est un peu comme investir à la bourse quand les marchés s’écroulent, analyse le professeur de publicité sociale à l’Université Laval, Christian Désilets. 

En ce moment c’est une occasion en or parce qu’il y a de moins en moins de publicité, alors que les gens consomment les médias comme jamais, dit l’expert.

Les entreprises qui ont les moyens financiers peuvent ressortir du lot et renforcer leur image de marque. Il y a moins de bruit publicitaire. Les clientèles cibles sont, en quelque sorte, captives.

C’est l’occasion pour les entreprises de bâtir une relation d’affection avec le consommateur. Les gens vont s’en souvenir.

Christian Désilets, professeur de publicité sociale à l’Université Laval

Les nouvelles campagnes publicitaires, préparées à la hâte, doivent cependant éviter les écueils.

Le consommateur sera très critique et très sévère à l’opportunisme. Le défi, c’est de ne pas avoir l’air d’en profiter sur le dos des consommateurs, explique Christian Désilets.

Et après la crise ?

Lorsque les affaires reprendront, les compagnies québécoises qui ont une chaîne d’approvisionnement local devraient tirer leur épingle du jeu.

Après la crise, on peut s’attendre à un grand mouvement d’appui de la population envers les producteurs québécois. Il y aura une opportunité pour les entreprises qui sauront la saisir, conclut Christian Désilets.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Coronavirus