•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Québec a franchi le cap des 1000 cas de COVID-19

François Legault n'entrevoit pas de pénurie d'équipement médical. Du moins, pas avant « quelques semaines ».

Les deux hommes en conférence de presse.

Le directeur national de santé publique, Horacio Arruda (gauche), et le premier ministre François Legault (droite) s'adressent aux médias tous les jours en début d'après-midi.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Le nombre de Québécois infectés par le coronavirus se compte maintenant dans les quatre chiffres.

Le plus récent bilan de la pandémie fait état de 1013 cas de COVID-19, soit 385 de plus que la veille, a annoncé le premier ministre Legault lors de sa conférence de presse quotidienne, mardi. De ce nombre, 67 personnes ont été hospitalisées, dont 31 aux soins intensifs.

Le bilan des décès dus à la maladie demeure quant à lui à quatre victimes.

Jusqu'ici, 12 200 Québécois ont reçu des résultats négatifs. Mais 2500 autres attendent toujours les leurs.

Le premier ministre attribue l'augmentation importante du nombre de cas confirmés depuis le début de la semaine par une hausse des tests de dépistage.

Cela dit, il dit espérer que dans les prochains jours, les hausses [de cas confirmés] ne seront pas aussi importantes.



Pour François Legault – qui s'est entretenu avec les autres premiers ministres provinciaux et Justin Trudeau, lundi soir – la priorité des priorités demeure l'accès à de l'équipement médical.

Pour l'instant, le réseau de la santé ne manque de rien, dit-il. Mais la situation sera peut-être bien différente dans quelques semaines.

Il y a des commandes qui sont passées, assure François Legault. Il faut voir maintenant si les commandes vont être respectées, qu'elles viennent des États-Unis, de l'Europe ou de l'Asie.

Selon lui, c'est important que le gouvernement fédéral donne un coup de main pour s'assurer qu'après ces quelques semaines, on va continuer d'avoir tous les équipements nécessaires.

Entre autres sujets évoqués par le premier ministre du Québec avec ses homologues fédéral et provinciaux lundi soir, M. Legault dit avoir fait part de sa réticence à voir Ottawa utiliser des dispositions de la Loi sur les mesures d'urgence, jugeant la chose prématurée. Son appel semble avoir été entendu par Justin Trudeau.

Essentiels ou non?

Par ailleurs, François Legault dit avoir entendu les frustrations exprimées quant aux services essentiels qui seront maintenus au cours des trois prochaines semaines. La liste dévoilée lundi (Nouvelle fenêtre) sera ajustée, promet-il.

En fonction de ce décret, toutes les entreprises et tous les commerces – hormis ceux jugés essentiels – seront contraints de fermer leurs portes au plus tard mercredi, à 0 h 01, et ce, jusqu'au 13 avril.

Mais il subsiste encore plusieurs zones grises, notamment en ce qui a trait aux alumineries, qui devront réduire leurs activités au minimum, et à l'industrie de l'immobilier.

Des questions demeuraient également quant au travail des notaires; le gouvernement a toutefois confirmé après la conférence de presse de mardi qu'ils avaient été inclus à la liste des services essentiels.

« C'est normal d'être stressé »

Le premier ministre a assuré qu'il comprenait bien le stress des employés qui se retrouvent confinés à la maison ou des entrepreneurs qui se demandent s'ils sont en train de perdre l'oeuvre de toute une vie.

Le gouvernement s'occupera de cette situation plus tard, a-t-il dit, mais pour le moment, la priorité doit être accordée à combattre la COVID-19.

La priorité pour les trois prochaines semaines, c'est d'éviter la contagion, éviter de propager davantage ce virus, a dit M. Legault. Je veux vous dire que tout ça, c'est temporaire. On n'est pas pris là-dedans pour toujours.

Il reconnaît néanmoins que les mesures décrétées lundi feront mal à l'économie.

On a pris des mesures fortes, des mesures rapides, justement pour essayer que ça dure le moins longtemps possible.

François Legault, premier ministre du Québec

Cela étant dit, le premier ministre explore actuellement la façon dont son gouvernement pourrait venir en aide rapidement aux Québécois touchés par la pandémie en leur envoyant un chèque, car ceux du gouvernement fédéral n'arriveront pas avant le 6 avril, a-t-il dit.

En attendant, M. Legault invite les Québécois à faire preuve de patience et de solidarité.

Son gouvernement lancera d'ailleurs une grande campagne de recrutement de main-d’œuvre pour travailler dans les fermes, a appris Radio-Canada. Les chômeurs de l'hôtellerie, de la restauration et les étudiants seront appelés en renfort.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique