•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cette appli photographie les gens toutes les 5 minutes pour surveiller leur productivité

Capture d'écran de Sneek, une application de vidéoconférence. On y voit 12 visages différents.

Comme l’interface de Seek offre un « mur de visages », il est possible de voir l'ensemble de ses collègues en tout temps.

Photo : Sneek

Radio-Canada

Une application de vidéoconférence qui reste toujours active et qui offre la possibilité aux entreprises de prendre en photo leur personnel à des intervalles réguliers a vu son nombre de nouvelles inscriptions décupler depuis le début de mars, alors que bien des gens télétravaillent en raison de la pandémie de COVID-19.

Baptisée Sneek, cette application, utilisée par plus de 10 000 personnes, reste moins populaire que Microsoft Teams, Zoom ou Slack. Elle soulève néanmoins des préoccupations quant aux méthodes de supervision du personnel en télétravail.

Comme l’interface de Seek offre un « mur de visages », il est possible de voir l'ensemble de ses collègues en tout temps. Les caméras restent toujours activées dans le but de retrouver la proximité que l'on avait avec ses collègues au bureau, selon le cofondateur de Seek, Del Currie.

Nous savons que beaucoup de gens penseront que c’est une invasion de la vie privée, on comprend ça à 100 %, et ce n’est pas la solution pour ces gens, mais il y a beaucoup d’équipes qui entretiennent des liens d’amitié et qui veulent rester connectées lorsqu’elles travaillent ensemble, a-t-il expliqué en entrevue avec le site Business Insider.

Dans cette même optique, il est possible, selon les réglages choisis par les gestionnaires, d’appeler ses collègues en vidéo en tête-à-tête sans qu’ils puissent refuser l’appel.

L’entreprise utilisatrice peut décider que la prise de photo en continu soit réalisée à des intervalles de 1 à 5 minutes.

Le cofondateur de Seek assure toutefois que son application ne sert pas à espionner les gens.

L’une des plus grandes choses qu’on ressent [en travaillant de la maison] est une sensation d’isolement. Ça affecte vraiment la santé mentale des gens. [...] Avoir la capacité de lever la tête et de voir ses collègues peut faire toute la différence, soutient-il.

Avec les informations de Business Insider

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !