•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas d’accusation criminelle contre l’ex-directeur de la SQ Martin Prud’homme

Martin Prud'homme lors de sa comparution en commission parlementaire.

Martin Prud'homme, en 2017, alors qu'il était à la tête de la SQ.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L’ex-directeur de la Sûreté du Québec (SQ) Martin Prud’homme, relevé de ses fonctions en raison d’une allégation relative à des infractions criminelles, ne sera pas accusé en vertu du Code criminel.

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales nous a avisés qu’il n’y aurait pas d’accusation criminelle contre M. Prudhomme, a fait savoir Jean-François Del Torchio, directeur des communications de la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault.

Les emplois supérieurs effectuent présentement une révision éthique et déontologique. Le processus suit son cours. On ne fera pas de commentaires supplémentaires, a ajouté M. Del Torchio.

Du côté du DPCP, on n'a pas souhaité commenter l'affaire. Nous ne discuterons pas de ce cas spécifique considérant que tout le processus le concernant n'est pas terminé, a déclaré Jean-Pascal Boucher, porte-parole du DPCP.

Martin Prud'homme a été suspendu de ses fonctions par la ministre Guilbault le 6 mars 2019. Elle avait alors justifié cette décision en disant avoir été informée d'une allégation relative à des infractions criminelles le concernant.

L'allégation qui pesait sur Martin Prud'homme était liée aux fuites dont avaient fait l'objet deux enquêtes de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) : Mâchurer et le Projet A. Le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) cherchait à savoir si M. Prud'homme était impliqué dans ces fuites d'informations confidentielles aux médias.

L'enquête Mâchurer porte sur le financement du Parti libéral du Québec, sur l'ex-premier ministre Jean Charest et sur son grand argentier de l'époque, l'entrepreneur Marc Bibeau. Quant au Projet A, il visait à trouver qui avait pu remettre des informations confidentielles aux médias.

Avec les informations de Sébastien Bovet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Justice et faits divers