•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dépistage de la COVID-19 : le Nouveau-Brunswick dernier au pays

Une personne portant des gants prépare des éprouvettes pour des tests de dépistage.

Le Nouveau-Brunswick était lundi la province qui avait effectué le moins de tests de dépistage de la COVID-19 par habitant depuis le début de la crise au Canada.

Photo : Associated Press / John Minchillo

Radio-Canada

Le Nouveau-Brunswick est la province qui effectue le moins de tests de dépistage de la COVID-19 par habitant au Canada.

Le bureau de la médecin-hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick a signalé, lundi, que 1096 tests de dépistage de la maladie ont été effectués dans la province depuis le début de la crise, il y a deux semaines.

C’est moins de la moitié des 2349 tests effectués en Nouvelle-Écosse, une province qui ne compte qu’environ 25 % plus de résidents que le Nouveau-Brunswick.

La province qui effectue le plus de tests par habitant est l’Alberta. Elle compte six fois plus de résidents que le Nouveau-Brunswick, mais elle rapportait lundi les résultats de 30 058 tests, soit environ 27 fois plus de tests que la province maritime.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick demande aux médias d’adresser leurs questions à ce sujet aux deux réseaux de santé, mais aucun d’eux ne peut expliquer en ce moment pourquoi le nombre de tests par habitant dans la province est le plus faible au pays.

Tester les voyageurs

Le fait que le Nouveau-Brunswick concentre ses efforts de dépistage sur ses résidents qui rentrent d’un voyage à l’étranger et sur leurs proches est peut-être un facteur en cause. D’autres provinces effectuent des tests à plus grande échelle.

Depuis plus d’une semaine, les services de santé publique au Canada signalent par endroits la transmission communautaire de la maladie. Il s’agit de personnes qui contractent la maladie sans avoir eu récemment de contact étroit avec des voyageurs.

Des cas de ce genre ont été signalés le 15 mars en Alberta et en Ontario, deux provinces qui ne limitent pas leurs tests de dépistage aux voyageurs et à leurs proches.

Un homme portant une combinaison contre les matières dangereuses et un masque à gaz marche dans l'aéroport en poussant des valises.

Le Nouveau-Brunswick limitait encore lundi ses tests de dépistage aux personnes rentrant d'un voyage à l'étranger et à leurs proches. Ci-dessus: l'aéroport international Pearson à Toronto.

Photo : CBC

Le Nouveau-Brunswick limite encore ses tests aux personnes qui démontrent des symptômes et qui sont liées à de récents voyages à l’étranger. La médecin-hygiéniste en chef, la Dre Jennifer Russell, a expliqué lundi que les critères pourraient être bientôt élargis.

Le 811 est surchargé

Certaines difficultés organisationnelles peuvent aussi ralentir les tests de dépistage au Nouveau-Brunswick.

La province compte 13 cliniques régionales de dépistage qui ne reçoivent des patients que sur rendez-vous. Les gens qui craignent avoir les symptômes de la COVID-19 doivent appeler le service Télé-Soins 811, qui effectue un triage et fixe un rendez-vous pour les patients qui répondent aux critères, a expliqué la Dre Russell, le 15 mars. Cette façon de procéder vise à réduire les risques de contagion, a-t-elle précisé.

Une femme travaillant à un ordinateur porte un casque muni d'un micro pour répondre aux appels du public.

Le nombre d'appels au service Télé-Soins 811 au Nouveau-Brunswick a quadruplé à cause de la COVID-19.

Photo : Ministère de la Santé de la Nouvelle-Écosse/Natasha Halili-Banks

Mais le service Télé-Soins 811 a rapidement été surchargé. Le nombre d’appels qu’il reçoit a quadruplé. Aux quatre coins de la province, des gens inquiets qui ont appelé sont restés en attente pendant des heures. Certaines personnes parmi celles qui ont pu communiquer avec le service se sont fait dire que quelqu’un les rappellerait, ce qui s’est produit le lendemain ou plus tard encore dans certains cas.

Le premier ministre Blaine Higgs a reconnu, lundi, qu’on s'efforçait encore de régler ces problèmes. Le 811 a pris du retard au début, mais il se rattrape peu à peu, a-t-il expliqué.

Testez, testez, testez, recommande l'OMS

Le Nouveau-Brunswick a aussi connu certaines difficultés en établissant ses cliniques de dépistage. Un centre important a été préparé à Saint-Jean, avant d'être abandonné trois jours plus tard, la semaine dernière, sans avoir servi.

Le dépistage est continuellement présenté par les organismes nationaux et internationaux de santé comme étant un élément essentiel de la lutte contre la pandémie.

Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, le Dr Tedros Adhanom, a recommandé la semaine dernière à tous les gouvernements d’effectuer des tests de dépistage à grande échelle pour tenter de trouver et d’isoler le coronavirus.

Le meilleur moyen de prévenir des infections et de sauver des vies est de rompre le cycle de la contagion, et pour cela il faut faire de tests et isoler les patients, a expliqué le Dr Adhanom, en ajoutant qu’il est impossible d’arrêter la pandémie sans savoir qui est infecté.

Nous avons un message simple pour tous les pays: testez, testez, testez, a souligné le Dr Tedros Adhanom.

Jusqu’à 102 803 Canadiens ont subi un test de dépistage de la COVID-19, a précisé lundi le laboratoire national de microbiologie. Le taux national, qui était alors de 271 tests par 100 000 habitants, était presque deux fois plus élevé que celui du Nouveau-Brunswick, qui était de 141 tests par 100 000 habitants.

Avec les renseignements de Robert Jones, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Coronavirus