•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Droit et cinq autres quotidiens régionaux suspendent leurs publications papier

Trois éditions du journal Le Droit

La coopérative qui regroupe notamment le quotidien Le Droit a annoncé lundi soir dans une communication à ses employés qu’elle suspendait sa publication papier.

Photo : Radio-Canada / Maxime Huard

Radio-Canada

La coopérative qui regroupe notamment le quotidien francophone Le Droit a annoncé lundi soir dans une communication à ses employés qu’elle suspendait ses publications papier, à l’exception du samedi, pour des raisons financières. Elle annonce aussi 143 mises à pied temporaires dont 23 au quotidien Le Droit.

Dans un contexte de la COVID-19, la Coopérative nationale de l’information indépendante (CN2i), anciennement Groupe Capitales Médias, qui regroupe les quotidiens Le Soleil, Le Droit, Le Nouvelliste, La Tribune, Le Quotidien/Le Progrès et La Voix de l’Est, écrit ceci : la crise qui frappe le monde entier, et qui entraîne une chute brutale et sans précédent de nos revenus publicitaires, nous amène à prendre des décisions rapides et douloureuses.

À partir de mercredi, la publication des éditions imprimées de tous ces journaux, incluant Le Droit, est suspendue à l’exception du samedi. Les journalistes concentreront leur travail sur les plateformes numériques.

Des 23 personnes mises à pied temporairement dans la région d'Ottawa-Gatineau, 2 employés avaient prévu terminer leur travail vendredi et ne seront pas remplacés pour le moment.

En entrevue à Radio-Canada, le directeur général de la CN2i, Stéphane Lavallée, a déclaré : Hier c’était la pire journée de ma vie professionnelle.

Monsieur Lavallée en entrevue à Radio-Canada.

Le directeur général de la CN2i Stéphane Lavallée.

Photo : Radio-Canada

D'écrire à nos collègues que 143 d’entre eux qui vont devoir nous quitter, en fait ça c’est l'enfer d'un gestionnaire, mais si on ne le fait pas ce sont 350 personnes qui vont se retrouver à la rue. Il faut poser des gestes rapidement et en période de crise la rapidité a plus d'importance que la précision.

Stéphane Lavallée, directeur général, CN2i

M. Lavallée soutient que le plan de transition numérique de l’organisation envisageait l’abandon de l’impression, mais que la crise engendrée par la COVID-19 force le regroupement de quotidiens francophones à agir rapidement.

La réaction des employés mis à pied c’est, pour la plupart, je vais continuer bénévolement à faire des choses pour l’organisation parce qu’on comprend exactement le contexte, a expliqué M. Lavallée. N'importe qui lit les nouvelles, écoute les bulletins de télé et comprend très bien que le contexte est exceptionnel et demande des mesures exceptionnelles.

Pour sa part, le président de la coopérative de solidarité du Droit, Patrick Duquette parle de choix douloureux pour assurer la pérennité du journal.

Il précise que les mises à pied ne touchent que les secteurs de la publicité et de la production.

La salle de rédaction est préservée à 100 % parce que c'est le coeur de notre mission d'informer les gens, surtout dans la situation de crise présentement, c'est là qu’on est plus essentiel que jamais, on le voit notre trafic numérique, on bat des records, on est lu comme jamais.

Patrick Duquette, président de la coopérative de solidarité du Droit

Les entreprises de presse sont déjà en crise depuis plusieurs années, mais la baisse des revenus publicitaires depuis le début de la pandémie de la COVID-19 constitue un nouveau coup dur.

Stéphane Lavallée a aussi souligné qu'avec la fermeture de la majorité des entreprises au Québec, les quotidiens vont perdre tous leurs revenus publicitaires, sauf pour ceux engendrés par les publicités du gouvernement du Québec et du fédéral.

Le directeur général de CN2i exhorte aussi les deux paliers de gouvernements à débloquer les crédits d'impôt rétroactifs au 1er janvier 2019 qui leur ont été promis.

Avec les informations de Jérôme Bergeron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Médias