•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Non, les chaussures ne facilitent pas la transmission du nouveau coronavirus

N'ayez crainte, vos souliers ne sont pas vos ennemis dans la lutte contre la COVID-19!

Une publication qui circule abondamment sur le web laisse croire, à tort, que les chaussures peuvent être un vecteur important de transmission du nouveau coronavirus.

Des internautes relaient des informations non-fondées sur le risque de contagion à la COVID-19 par le biais de nos chaussures.

Photo : Capture d'écran - Facebook

Une personne se décrivant comme une « ex-virologue » a publié un texte sur Facebook recommandant de n’utiliser qu’une seule paire de chaussures et de les enlever en arrivant à la maison parce que « le virus parvient à rester en vie 9 jours sur l’asphalte ». Cette publication a été retirée par son auteure, mais continue d’être abondamment partagée.

Comme il a été spécifié dans la section questions-réponses du dossier spécial consacré au coronavirus, contrairement aux bactéries, les virus ne peuvent pas se multiplier sur les surfaces inertes.

En fait, sur certaines surfaces, la durée de vie du virus varie de plusieurs heures à trois jours en fonction du type de surface, de la température, du taux d'humidité et de la quantité de virus qui y est déposée.

Cela dit, même si on sait que la transmission de la COVID-19 se fait principalement par gouttelettes respiratoires et qu’une personne peut se contaminer en se touchant le visage après avoir touché une surface contaminée, on ne peut extrapoler ceci aux chaussures qui auraient pu se contaminer en marchant à l’extérieur, tranche Dr Gaston De Serres, médecin-épidémiologiste à l’Institut national de santé publique du Québec, et chercheur au Centre de Recherche du CHU de Québec-Université Laval.

Les seules personnes qui doivent porter une attention particulière aux vêtements et aux souliers portés sont les personnes qui travaillent dans un environnement hautement contaminé, selon Dre Caroline Quach-Thanh, pédiatre, microbiologiste et infectiologue au CHU Sainte-Justine.

Pour moi, l’asphalte est loin d’être le vecteur le plus important dans la transmission de la COVID-19, ajoute-t-elle.

Voici le scénario, improbable, de la Dre Quach-Thanh, en vertu duquel quelqu'un devrait effectivement se méfier de ses souliers en dehors d’un milieu hautement contaminé :

L’asphalte, pour que ça devienne contaminé, il faut vraiment que quelqu’un ait toussé très près de l’asphalte et en quantité importante, que cet asphalte-là ne soit pas exposé au soleil, au vent et à la pluie, que cette personne marche dessus et en ait sous ses souliers, qu’elle arrive ensuite à la maison, en étale sur le plancher, se mette à quatre pattes sur le plancher, se mette les mains dessus et ensuite les passe sur son visage.

Dre Caroline Quach-Thanh, pédiatre, microbiologiste, infectiologue au CHU Sainte-Justine

Cela dit, certains internautes ont rappelé les conclusions d’une étude (Nouvelle fenêtre) du New England Journal of Medicine selon lesquelles le nouveau coronavirus peut survivre plusieurs heures à l’air libre, en déduisant que le virus pourrait ainsi aboutir... sur des chaussures.

C’est là un lien à éviter, selon la Dre Quach-Thanh, qui précise que ces résultats ont été obtenus dans des conditions de laboratoire avec des concentrations très élevées de virus obtenues grâce à un nébuliseur.

Mais dans la vie de tous les jours, à partir d’une personne qui tousse ou qui éternue, ce virus ne survit pas longtemps dans l’air, note-t-elle.

Morale de l'histoire, pas de soucis avec vos chaussures...mais les adeptes de la propreté vous diront qu'il demeure malgré tout conseillé de les retirer pour ne pas salir le plancher de la maison!

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé publique

Santé