•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Analyse

Crise économique : jusqu’où doit-on aller?

Des travailleurs de la construction sur un toit avec une grue près d'eux.

La question n’est pas de savoir s’il faut faire une pause, mais bien de s’assurer que la crise actuelle ne se transforme pas en maladie chronique pour l’économie, écrit notre chroniqueur Gérald Fillion.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

En mettant l’économie sur pause, le Québec et l’Ontario choisissent un remède qui pourrait être efficace. Il est absolument nécessaire et essentiel de stopper la propagation du virus. Mais, en même temps, certains économistes osent poser la question : est-ce qu’on va trop loin?

La fermeture des entreprises et des commerces qui ne sont pas jugés essentiels a pour objectif de maximiser la distanciation sociale et de ralentir, atténuer et arrêter la propagation de la COVID-19. Les experts de la santé publique affirment qu’il est crucial d’adopter de telles mesures, certainement difficiles, mais ultimement essentielles dans la lutte contre la maladie.

Le président des États-Unis, toutefois, a dit qu’il faut faire attention de ne pas adopter un remède qui sera finalement plus grave que le problème lui-même. Au bout de 15 jours, dit-il, on verra exactement ce qu’on fera. Voilà certainement une autre déclaration controversée de Donald Trump et il est important de l’analyser.

D’abord, si le président évoque une telle chose, c’est que les pays du G20 discutent de la réponse à apporter sur le plan de la santé publique et sur le plan économique également. Les ministres des Finances et les dirigeants de banque centrale se sont parlé lundi matin dans le but de mieux coordonner les efforts internationaux pour combattre le virus.

La crainte des entrepreneurs, des milieux d’affaires, des gouvernements, des banques centrales, c’est de créer une crise économique qui entraînera des problèmes majeurs à long terme. Combien de faillites, combien de millions de chômeurs, combien de centaines de milliards de dollars d'endettement pour les gouvernements cela engendrera-t-il?

En stoppant l’économie, les gouvernements font la bonne chose. Mais ils doivent prévoir un relais pour les entreprises. La Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) demande aux différents paliers de gouvernement de payer les salaires de leurs employés à 75 %, de réduire les cotisations, les versements de TPS et de TVQ, de suspendre les factures d’électricité, notamment.

Payer 100 % des salaires

Des dirigeants d’entreprises, notamment Serge Godin du Groupe CGI, vont jusqu’à recommander au ministre des Finances, Bill Morneau, de couvrir, avec les provinces, 100 % des salaires pendant les prochains mois afin d’assurer la solidité financière des sociétés lorsqu’on reviendra tranquillement à la normale.

Si l’économie s'arrête pendant plusieurs semaines, les gouvernements n’auront pas le choix de soutenir massivement les travailleurs et les employeurs. Autrement, les conséquences économiques s’approcheront d’une dépression.

Ce n’est pas vrai qu’on s’en va comme dans les années 30, rassure l’économiste en chef de l’Industrielle Alliance, Clément Gignac, qui était de passage à RDI économie lundi soir. Selon lui, le Canada et les pays du G20 vont coordonner leurs efforts et leur réponse pour éviter une dépression.

Au rythme actuel, si toutes les provinces stoppaient les activités économiques non essentielles comme le Québec l'a fait, le Canada se dirigerait vers la plus forte contraction de son économie en plus d’un demi-siècle. La chute prévue au deuxième trimestre pourrait atteindre 24 %, selon certains économistes des banques canadiennes.

Les nouvelles demandes d’assurance-emploi se sont élevées à 929 000 la semaine dernière, ce qui vient presque doubler le nombre de chômeurs potentiels au Canada. Et, selon Clément Gignac, si on stoppe l’ensemble de l’économie canadienne, on va [se rendre] à 10 millions [de chômeurs] et ça va coûter de 40 à 60 milliards de dollars par mois, environ. Quand on a un domino sur la table et qu’on fait tomber les pièces, ça prend du temps de les relever, ajoute-t-il.

Il y aura un arbitrage, selon l’économiste Gignac, au G20 : il faut continuer d’agir sur le front de la santé publique pour protéger les gens et il faut coordonner les efforts pour éviter de faire plonger l’économie en dépression.

La question n’est pas de savoir s’il faut faire une pause, pour reprendre les mots de François Legault, mais bien de s’assurer que la crise actuelle ne va pas se transformer en maladie chronique pour l’économie.

Il est urgent de soutenir les gens qui perdent leur emploi, les entreprises, les travailleurs autonomes, les retraités, les plus démunis et j’en passe.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !