•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les grandes industries de la Côte-Nord forcées de ralentir leurs activités

Une machine coupe des troncs d'arbre.

L'entreprise Boisaco est surprise de la décision du gouvernement (archives).

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Radio-Canada

Contrairement à l’arrêt complet de la production d’abord ordonné, le gouvernement Legault demande finalement aux grands complexes industriels, comme les alumineries et les mines, de réduire jusqu'au minimum leurs activités pour freiner la propagation de la COVID-19.

En point de presse lundi en début après-midi, le premier ministre du Québec François Legault avait indiqué que tous les commerces et toutes les entreprises de la province devaient fermer leurs portes jusqu’au 13 avril.

Quelques heures plus tard, le gouvernement a changé son fusil d'épaule et a décidé de maintenir certaines activités industrielles. Parmi les activités manufacturières jugées prioritaires, les complexes industriels, notamment le secteur de l'aluminium, et miniers doivent réduire au minimum leurs activités. Le secteur des pâtes et papiers est aussi inclus dans cette liste, entre autres.

L’aluminerie Alcoa à Baie-Comeau a réagi par courriel lundi soir, en indiquant que l'entreprise se conformera à la demande du gouvernement de réduire au minimum [ses] activités. Alcoa ajoute que la sécurité de ses employés est une priorité et qu'elle allait appliquer les recommandations de la santé publique de manière rigoureuse.

Alouette à Sept-Îles demande à ses employés de se présenter au travail comme à l'habitude mardi matin. L'entreprise ajoute, sur son site internet, qu'elle respecte toutes les directives gouvernementales émises et s’assure de maintenir à jour ses mesures en cohésion avec l’évolution de la situation.

Le chantier de La Romaine suspendu

Dans l'industrie de la construction, seules les « réparations d’urgence ou pour fins de sécurité » sont maintenues.

Le chantier de La Romaine est suspendu par Hydro-Québec en raison des mesures gouvernementales.

325 travailleurs seront ainsi renvoyés à la maison, l'exercice pourrait prendre de 24 à 48 heures. La société d'État indique que de 40 à 50 travailleurs resteront sur place afin d'assurer une maintenance et pour intervenir en cas d'imprévus.

Boisaco poursuit ses activités

D’abord très étonnée de la fermeture forcée, l’entreprise de produit de bois Boisaco pourra finalement poursuivre ses activités.

Le président de la compagnie, Steve Saint-Gelais, affirme qu’en fin de journée lundi, le gouvernement a accordé à l’entreprise le statut d’entreprise essentielle.

On a pu valider que plusieurs produits fabriqués par notre complexe industriel font partie de produits et intrants essentiels, explique le gestionnaire, qui s’attend à de plus amples précisions au cours des prochains jours.

M. S-Gelais pense que les activités pourront continuer assez normalement sans réduction.

Le complexe industriel de Boisaco, installé à Sacré-Coeur et aux Bergeronnes, emploie quelque 550 travailleurs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Coronavirus