•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des « minutes de douceur » offertes aux aînés

Une dame âgée dans un couloir

Le Service de sécurité incendie de Gatineau n’a pas respecté ses propres normes en matière d’inspection pour la moitié des CHSLD sur son territoire.

Photo : Getty Images

Radio-Canada

La consigne du premier ministre du Québec, François Legault, aux personnes de plus de 70 ans et plus est on ne peut plus claire : demeurez à la maison. Cela dit, le confinement à domicile peut apporter son lot de défis quotidiens et beaucoup de solitude chez les personnes âgées.

Pour cette raison, une dizaine d’organismes régionaux sont à pied d’œuvre pour aider les aînés à traverser la crise.

Même ceux-là qui ne comprennent pas ou qui se sentent moins sensibles à la cause, il faut autant les respecter que les écouter. Ces gens-là sont reclus chez eux. Il faut les maintenir et les soutenir là-dedans et aussi les encourager, pointe Sabrina Ruiz Bourassa, intervenante à l’Initiative de travail de milieu auprès des aînés vulnérables (ITMAV) à La Baie.

L'intervenante chez ITMAV Sabrina Ruiz Bourassa

L'intervenante chez ITMAV Sabrina Ruiz Bourassa.

Photo : Radio-Canada / Yves Bergeron

Les nouvelles restrictions annoncées par le gouvernement du Québec rendent évidemment les contacts humains difficiles, voire impossibles.

Au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean, une ligne téléphonique a donc été mise en place pour combler ce manque d’interactions dont les aînés ont grand besoin. Le programme se nomme « Minute de douceur ».

La ligne permet de briser l'isolement et d'apporter quelques minutes de réconfort en permettant aux personnes âgées d’échanger avec un bénévole.

Des intervenants croient qu'il s'agit d'une bonne idée mais qu'il est primordial d'établir un lien durable avec les usagers.

Je pense que ça peut être bien pour une personne qui se sent isolée d'avoir un contact. Mais à ce moment-là, est-ce que ça va être la même personne qui va rappeler toujours? Est-ce que ça va être deux minutes par jour juste dire ça va bien, se questionne pour sa part Thierry Ménard, intervenant dans le Bas-Saguenay

Les personnes intéressées à recevoir un appel peuvent s'inscrire auprès du CIUSSS. Il est également possible d’ajouter le nom d’un proche ou d’un membre de son entourage au programme.

D’après le reportage de Philippe L'Heureux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !