•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des croisiéristes canadiens refusés à Hawaï

Le bateau de croisière MS Maasdam, de la compagnie Holland America.

Le bateau de croisière MS Maasdam, de la compagnie Holland America. 244 Canadiens sont à bord.

Photo : Denis Sanfaçon

Nahila Bendali

244 croisiéristes canadiens qui devaient débarquer à Hawaï il y a une semaine se sont fait refuser de sortir de leur navire pour rentrer chez eux, même si aucun cas de la COVID-19 n’a été répertorié à bord. Ils espèrent maintenant pouvoir accoster à San Diego et demandent au gouvernement canadien de s'assurer qu'ils puissent revenir à bon port.

Denis Sanfaçon et sa conjointe Marthe Couture, deux septuagénaires de la région de Québec, ont embarqué sur le MS Maasdam le 1er mars, en Nouvelle-Zélande. Le périple à travers les mers devait durer jusqu’au début du mois d’avril.

La COVID-19 et la fermeture de nombreuses frontières ont bousculé les plans la semaine dernière. Les passagers croyaient pouvoir débarquer à Hawaï le 20 mars et ensuite prendre un vol vers le Canada.

Leur débarquement a été bloqué tout d’abord au port d’Hilo, puis ensuite à Honolulu.

À Honolulu, tout le monde était prêt à descendre. Il y avait des discussions entre l’État d’Hawaï, le gouvernement fédéral américain et la compagnie de croisière Holland America. Ça alternait entre le chaud et le froid, raconte M. Sanfaçon.

Après plusieurs heures, ils ont appris qu'ils ne pouvaient pas sortir. Le bateau a dû reprendre la mer vers San Diego après un ravitaillement.

Des policiers et des représentants de la compagnie de croisière Holland America discutent.

Les passagers du MS Maasdam n'ont pas pu sortir du navire à Hawaï. Les autorités locales leur ont refusé l'accès.

Photo : Denis Sanfaçon

Ça fait trois fois qu’on acquiert des billets de retour [...] On n’est pas maltraités, mais c’est l’incertitude de savoir ce qui va se passer à l’arrivée, ajoute M. Sanfaçon.

Une autre passagère du navire, Louise Guilbault, de Laval, s’explique mal la décision des autorités hawaïennes.

On est 850 sur le bateau. On n’a aucun cas de COVID-19. On ne sait pas pourquoi on nous a refusé de débarquer.

Le département des Transports d’Hawaï a précisé par communiqué que les décisions opérationnelles sont prises pour assurer la santé et la sécurité des résidents de l’île. Il souligne que les ressources sont utilisées pour contenir la COVID-19 et que de laisser des croisiéristes débarquer pourrait ajouter une pression importante.

Incertitude

Le navire devrait donc en principe arriver le 27 mars à San Diego.

À la vitesse à laquelle les choses évoluent toutefois, les passagers craignent de se voir de nouveau refuser le débarquement en Californie.

L’État américain a d’ailleurs décrété un confinement à ses résidents pour lutter contre la pandémie de la COVID-19.

Avec les fermetures de frontières, on se demande combien de temps on va rester en terre américaine, ou autre.

Louise Guilbault, passagère du MS Maasdam

Les 244 Canadiens à bord aimeraient avoir la certitude qu’ils pourront débarquer à San Diego et prendre un vol vers le Canada.

Affaires mondiales Canada a confirmé par courriel être en contact avec la compagnie de croisière pour assurer un retour au pays en toute sécurité.

Pour l'instant, les voyageurs à bord des navires de croisière doivent faire preuve de patience et suivre les conseils des responsables de la santé, indique une porte-parole d’Affaires mondiales Canada.

Avec les informations d'Édith Hammond

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Coronavirus