•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rassemblements : les policiers misent sur la collaboration plutôt que sur la force

Une voiture du Service de police d'Ottawa stationnée dans le marché By.

Les policiers d'Ottawa n'ont fait que donner des avertissements aux personnes qui bravaient les directives de santé publique ontarienne sur les rassemblements (archives).

Photo : Radio-Canada / Dominique Degré

Radio-Canada

Les corps policiers de la région de la capitale fédérale n’ont pas eu à sévir pour l’instant afin de faire respecter les multiples directives de distanciation sociale imposées par les autorités sanitaires.

Oui, on a l’autorité [d’intervenir]. Par contre, c’est sûr que nos premières interventions vont être à titre d’information, un rappel que ce n’est quand même pas seulement des consignes [qui sont en vigueur] : c’est la loi, la loi sur la protection civile et les urgences, a expliqué la porte-parole du service de police d'Ottawa (SPO), Amy Gagnon.

De façon générale, on obtient une bonne collaboration de la population. On veut continuer à miser là-dessus, vraiment y aller avec des mesures préventives. On veut éviter de faire appel à la répression, d'émettre des constats d'infraction, a expliqué de son côté l'agente Andrée East, porte-parole du Service de police de la Ville de Gatineau.

La constable Gagnon a également précisé que le SPO dispose d’un numéro spécifiquement pour rapporter des incidents ayant trait au bris des consignes de santé publique, soit le (613) 236 1222 au poste 7502. À Gatineau , il est possible de rapporter ces événements au (819) 246 0222.

Peu importe la province, il faut éviter de contacter le 911 pour ne pas engorger la ligne d'urgence.

La porte-parole du SPO a expliqué que les agents appelés à intervenir si quelqu’un devait contrevenir aux directives évaluent chaque scénario au cas par cas. On n’a pas eu la directive de faire mettre ces personnes-là en [état d’] arrestation, a-t-elle noté.

À défaut d’arrêter les contrevenants, les policiers d'Ottawa peuvent toutefois les mettre à l’amende. Si une personne ne se conforme pas aux consignes en place, elle est passible d’une amende de 750 $.

Une personne qui poserait une entrave à l’application de la loi, elle, peut recevoir une amende de 1000 $. Quant aux entrepreneurs de commerces non essentiels qui décideraient de rester ouverts, l’amende s’élève à 500 000 $.

À Gatineau, en vertu de la Loi sur la santé publique, les constats d'infraction peuvent atteindre 6000 $, selon les circonstances, a noté Mme East.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Coronavirus