•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Parti libéral de T.-N.-L. fait marche arrière et suspend sa course au leadership

John Samms.

John Samms, co-président du congrès à la direction du Parti libéral de Terre-Neuve-et-Labrador, a fait l'annonce .

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Une semaine après avoir décidé de poursuivre sa course à la direction malgré les nombreuses restrictions sur les rassemblements et les espaces publics, le Parti libéral de Terre-Neuve a annoncé lundi la suspension de la campagne.

À compter de midi, lundi, les candidats ne peuvent plus faire campagne, accepter des dons ou inscrire des électeurs. Les candidats ont l'interdiction de faire des entrevues dans les médias et leurs réseaux sociaux et site web ne peuvent pas être mis à jour.

Comme nous avons dit la semaine dernière, nous voulions surveiller la situation… La suspension de la campagne est une mesure extraordinaire, mais la pandémie de la COVID-19 a mené à une situation extraordinaire, explique John Samms, coprésident du congrès à la direction du parti libéral, notant que le président du parti, John Allan, est en isolement volontaire depuis un voyage à l’étranger.

La décision de relancer la course au leadership sera prise le 1er mai. Quand le parti choisit une date pour relancer la campagne, les deux candidats seront avisés sept jours à l’avance.

Le parti note qu’il peut réprimander tout candidat qui ne respecte pas les nouvelles règles annoncées vendredi. Ces sanctions pourraient inclure des avertissements formels et des amendes. Leur candidature pourrait également être déclarée nulle.

Les seules dépenses permises aux candidats durant la suspension sont les dépenses nécessaires pour maintenir les locaux de campagne. Pendant la suspension de la campagne, ils ne peuvent pas non plus faire des entrevues médiatiques.

Nous sommes convaincus qu’ils vont exercer leur jugement, indique l’ex-présidente du parti, Judy Morrow. Mme Morrow ajoute que le comité organisateur de la course au leadership s’est entretenu avec les deux candidats en fin de semaine, avant de dévoiler les nouvelles règles.

Deux démissions du comité organisateur

Le candidat John Abbott réclame depuis mardi dernier la suspension de la course au leadership, disant qu’une campagne à l’échelle provinciale est carrément impossible dans le contexte actuel. Son adversaire, Andrew Furey, avait au début soutenu qu’il menait déjà une campagne virtuelle, mais a depuis suggéré qu’une interruption à la course était une bonne idée.

John Abbott a indiqué lundi que la suspension de la course à la direction était une décision inévitable. Nous étions heureux de la décision, mais le parti aurait pu la prendre plus rapidement, a-t-il observé.

Andrew Furey n’a pas voulu commenter l’annonce.

Après la décision initiale de ne pas suspendre la campagne, deux membres du comité organisateur de la course au leadership ont démissionné. Le caucus libéral s’est également montré de plus en plus divisé, forçant le premier ministre, Dwight Ball, à demander à ses députés de s’unifier face à la crise du coronavirus.

Vendredi dernier, M. Ball a indiqué qu’il n’aurait jamais pris la décision de démissionner s'il avait su ce qu'il sait maintenant sur l’épidémie.

M. Ball n’a pas commenté la décision de poursuivre la course, mais a indiqué qu' il faut quelqu’un avec de l’expérience pour gérer cette situation.

Judy Morrow a indiqué lundi que le premier ministre n’a pas participé aux discussions entourant la décision de suspendre la course.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Terre-Neuve-et-Labrador

Politique provinciale