•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inquiétude chez des employés d'usine de transformation

Des voitures garées devant l'usine

L'usine de transformation de crabes Ichiboshi à Caraquet. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Marie Isabelle Rochon

L'usine Ichiboshi, à Caraquet, compte environ 400 employés pendant la saison de la pêche au crabe et ses travailleurs sont très inquiets.

Jean-Maurice Leclair, qui préside le syndicat des employés depuis plusieurs années, est énormément sollicité par ses collègues préoccupés.

Ils me téléphonent, mais je ne sais pas quoi leur répondre, témoigne-t-il. On ne sait pas si on va pouvoir rentrer travailler. Les responsables de l'usine ne peuvent pas m'informer non plus. Tout va dépendre de la pêche.

Il se questionne au sujet des prestations d'assurance-emploi.

Il y a du monde qui n'aura plus de chômage, dit-il. On va essayer de se battre pour avoir notre chômage.

À Ichiboshi, comme dans les autres usines, les employés sont nombreux et travaillent côte à côte, ce qui soulève des questions quant aux règles de proximité de deux mètres pour lutter contre le virus.

On est tassés les uns sur les autres dans les usines, explique-t-il. C'est un endroit clos. Le printemps, ce sont les rhumes et les grippes. Si un employé porte un masque, on peut se demander s'il a la grippe ou le coronavirus. Il y a beaucoup de personnes qui travaillent et qui sont atteintes de maladies pulmonaires, de maladies cardiaques ou qui souffrent du diabète. C'est dangereux pour ces personnes-là.

Jean-Maurice Leclair explique que les employés entreprennent habituellement le travail entre le 15 avril et le 5 mai et que des préparatifs sont en cours à l'usine en vue du début de la saison de pêche.

Les employés sont stressés. Ils se demandent de quoi ils vont vivre s'il n'y a pas de pêche. Il y en a qui ont peur de perdre tout ce qu'ils ont.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !