•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa multiplie les vols pour rapatrier des Canadiens

Un avion d'Air Canada passe devant un autre d'Air Transat à l'aéroport Montréal-Trudeau.

Un avion d'Air Canada décolle.

Photo : Patrick Cardinal

Radio-Canada

Des Canadiens coincés en Espagne, au Maroc, au Pérou, au Honduras, en Équateur, au Salvador et au Guatemala en raison de la pandémie de COVID-19 pourront rentrer au Canada d'ici peu.

Justin Trudeau a profité de son point de presse quotidien lundi pour indiquer que son gouvernement a conclu des ententes à ce sujet avec les transporteurs Air Canada, Air Transat, Sunwing et WestJet.

François-Philippe Champagne, avait confirmé plus tôt certains vols, dont ceux au départ du Pérou.

Nous avons sécurisé des autorisations de vols. Air Canada opérera trois vols cette semaine, a-t-il indiqué lundi matin sur Twitter.

Les Canadiens souhaitant prendre l'un de ces vols doivent s'assurer d'être inscrits au service d'Inscription des Canadiens à l'étranger, a-t-il rappelé.

Déjà, plus d'un million de citoyens canadiens et de résidents permanents sont déjà rentrés au pays la semaine dernière, a fait savoir l'Agence des services frontaliers du Canada. Ce sont 959 600 Canadiens et 43 890 résidents permanents qui sont rentrés au Canada entre le 14 et le 20 mars.

Par avion :

  • 529 407 Canadiens
  • 23 615 Résidents permanents

Par voie terrestre :

  • 428 724 Canadiens
  • 20 243 Résidents permanents

Par la mer :

  • 1 469 Canadiens
  • 32 Résidents permanents

On s'attend à ce qu'un nombre encore plus important de Canadiens rentrent au pays dans les prochains jours, car le Canada organise des vols pour récupérer les voyageurs bloqués à l'étranger.

Jusqu’à présent, plus de 28 000 Canadiens se sont inscrits dans les pays où les vols atterrissent.

    Plus tôt lundi, le ministre Champagne avait aussi donné des indications aux Canadiens qui se trouvent au Maroc. Un vol pour rapatrier un premier groupe a eu lieu samedi et d'autres auront lieu cette semaine.

    Pour ceux qui voyagent aujourd'hui le 23 mars vers l'aéroport de Casablanca depuis d'autres villes du Maroc pour le vol AC2003 : en dépit des restrictions il est toujours possible de prendre des "grands taxis" autorisés et des voitures privées autorisées à circuler entre les villes, a-t-il écrit.

    Le chef de la diplomatie canadienne a aussi souligné que des compagnies comme Avis louent toujours des voitures, ce qui permet de se rendre à Casablanca, d'où il est ensuite possible de prendre en taxi vers l'aéroport.

    Selon le gouvernement marocain, le train dessert aussi toujours, de façon limitée, le corridor Kénitra-Rabat-Casablanca-El Jadida, affirme M. Champagne.

    Selon le site d'Air Canada, des Boeing 777 effectueront des vols Casablanca-Montréal lundi et mercredi soir. Ils doivent décoller à 18 h 50, heure locale.

    Le premier ministre Trudeau a annoncé plus tard que deux vols partiront du Honduras au cours des prochains jours, tandis qu'un vol se rendra dans quatre pays, soit l'Espagne, le Salvador, le Guatemala et l'Équateur.

    C’est probablement le plus grand rapatriement de l’histoire canadienne en temps de paix. On a des dizaines de milliers de Canadiens qui sont pris à l’étranger, qui essaient de revenir, a résumé le ministre Champagne dimanche soir à l'émission Tout le monde en parle.

    Force est de constater qu’à la fin, malgré tous nos efforts, malgré tout le cœur qu’on peut y mettre, il va rester des gens qui ne pourront pas revenir, et ce sera notre rôle de les appuyer localement, a-t-il ajouté.

    Le gouvernement canadien a déjà offert un prêt de 5000 $ aux Canadiens qui sont coincés à l'étranger, pour les aider à subvenir à leurs besoins ou à prendre un vol commercial, dans la mesure où ils sont toujours disponibles.

    Avec les informations de CBC

    Vos commentaires

    Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

    Coronavirus

    Politique