•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Distanciation sociale : Vancouver se donne les pouvoirs de punir les délinquants

Une affiche explique l'importance de la distanciation sociale sur une plage de Vancouver.

Les gens qui profitent des plages et des parcs de Vancouver sont invités à garder une distance de 2 mètres entre eux.

Photo : Radio-Canada / Julie Landry

Le conseil municipal de Vancouver a adopté à l'unanimité, lundi, une modification à un règlement qui permet à la Ville d’imposer des amendes allant jusqu'à 1000 $ aux personnes qui ne respectent pas une distance de 2 mètres entre elles et les autres dans les lieux publics.

Les commerces qui ne respectent pas cette règle pourraient aussi se voir forcés de fermer boutique et recevoir une amende allant jusqu’à 50 000 $,

Le directeur général de Vancouver, Sadhu Johnston, a précisé lors du conseil municipal que cette modification réglementaire n'est pas mise en application immédiatement, mais qu'elle donne le pouvoir à la Ville de délivrer une telle ordonnance aussitôt que ce sera jugé nécessaire.

On ne prévoit pas, à ce stade-ci, d'aller voir des groupes de personnes dans les parcs et de leur donner des contraventions, explique-t-il. Mais, si ça continue, on l'envisage, a-t-il expliqué.

Ce sont les agents du Service de police de Vancouver et les inspecteurs municipaux qui auraient ce pouvoir, pour disperser les rassemblements dans certains lieux publics comme les cours d'école, les parcs et les plages. Pas les trottoirs et les rues, a spécifié M. Johnston.

Le moment des demandes polies est terminé. Ce n’est pas un jeu; des gens meurent.

Une citation de :Kennedy Stewart, maire de Vancouver

En point de presse dimanche, le maire de Vancouver, Kennedy Stewart, s’est dit fâché des multiples rassemblements sur les plages et dans les parcs municipaux. Il est mécontent des comptes rendus, dans les médias et sur les réseaux sociaux, de fêtes qui ont eu lieu pendant la fin de semaine – tant à l’intérieur qu’à l’extérieur –, en dépit des risques de propagation de la COVID-19.

Les actions qu’on prend aujourd’hui et dans les prochains jours peuvent faire la différence entre la vie et la mort pour plusieurs de nos voisins, a-t-il dit. Quand tout ça sera terminé, serez-vous capables de vous regarder dans le miroir et de vous dire : j’ai fait tout ce que je pouvais pour aider? À l’heure actuelle, pour trop de gens, la réponse est non.

Il a appelé les Vancouvérois à rester chez eux autant que possible et à ne sortir qu’avec ceux qui habitent dans le même logement.

La plage d'English Bay est remplie de gens, dont certains sont rassemblés en groupe.

Les Vancouvérois ont continué à se rassembler en grand nombre sur les plages, samedi, malgré les recommandations des autorités.

Photo : Radio-Canada

Par ailleurs, la Commission des parcs de Vancouver a annoncé dimanche la fermeture de toutes les installations récréatives extérieures, dont les terrains de soccer et les courts de tennis. C’était déjà le cas des terrains de jeux.

De plus, les stationnements à proximité des parcs et des plages les plus achalandés, comme les parcs Stanley et Queen Elizabeth ainsi que les plages de Kitsilano et d’English Bay, ne seront plus accessibles aux voitures.

Ailleurs dans la province

La Ville de New Westminster a aussi fermé tous les terrains de jeux municipaux ainsi que ses terrains de basketball et de volleyball, tout comme l'ont fait les villes de Port Moody et de Port Coquitlam.

Le District de North Vancouver a fermé les parcs de planche à roulettes ainsi que le pont suspendu de Lynn Valley et le stationnement qui donne accès au parc.

Tous les terrains de jeux et les parcs de Prince Rupert, dans le nord de la Colombie-Britannique, ne sont plus accessibles aux résidents.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !