•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Donald Trump accorde de l'aide aux États les plus touchés par la COVID-19

Le président Donald Trump parle dans la salle de presse de la Maison-Blanche.

Le président Donald Trump a annoncé que la garde nationale sera déployée aux frais du gouvernement fédéral dans les trois États les plus touchés.

Photo : Reuters / Yuri Gripas

Radio-Canada

Le président américain Donald Trump a annoncé dimanche des mesures pour aider les trois États américains les plus touchés par la COVID-19 à combattre la propagation du virus, après avoir été critiqué pour la lenteur de la réaction du gouvernement fédéral.

En conférence de presse, le président américain a annoncé que la garde nationale sera déployée aux frais du gouvernement fédéral dans les États de New York, de Washington et de la Californie.

Les gouverneurs seront aux commandes de la garde nationale dans leur État respectif, a détaillé le président américain. Nous suivrons ce qu'il font, j’espère qu’ils feront le travail et je pense qu’il le feront.

Donald Trump a aussi ordonné la mise en place d'urgence d'hôpitaux de campagne, d'une capacité totale de 4000 lits, dans ces trois États. Deux d'entre eux, New York et Washington, recevront aussi de l'équipement médical, notamment des masques, des respirateurs artificiels et des gants.

Les États-Unis traversent une période difficile, […] mais nous prouverons que nous sommes à la hauteur. Chaque jour, nous faisons tout ce que nous pouvons pour vaincre cet horrible et invisible ennemi.

Le président Donald Trump

L'Agence américaine de gestion des situations d'urgence (FEMA) sera chargée de monter des centres fédéraux de médecine d'urgence, avec 1000 lits dans l'État de New York, le plus frappé par le virus, 2000 lits en Californie et 1000 lits dans l'État de Washington.

Il a par ailleurs décrété l'état de catastrophe majeure pour les États de New York et de Washington, une demande qui avait été formulée par les gouverneurs de ces deux États. Ce statut permet à leur population de bénéficier de l’aide directe du gouvernement fédéral.

Les autorités américaines ont aussi averti dimanche qu'elles allaient agir contre les personnes qui stockent du matériel médical, augmentant le risque de pénurie, dans un objectif spéculatif.

Ces personnes doivent mettre sur le marché ces équipements et en demander « un prix raisonnable », faute de quoi « nous allons venir vous chercher », a menacé Peter Navarro, conseiller économique de l'exécutif.

Le confinement s'élargit

Aux États-Unis, où on dénombre maintenant plus de 32 000 cas de COVID-19 et plus de 400 morts, de plus en plus d’États imposent des mesures de confinement.

À New York, le système de santé croule sous le poids de milliers de personnes infectées.

Trois travailleurs portent des jaquettes, des masques et des gants.

Des travailleurs dans une clinique de dépistage au New Jersey se protègent avec des gants et des masques.

Photo : Reuters / Eduardo Munoz

Après les États de New York, de l'Illinois, du Connecticut et de la Californie, voilà que les États du New Jersey, du Tennessee, de l’Ohio et de la Louisiane ont ordonné dimanche des mesures strictes de confinement.

Plus de 84 millions d’Américains ont reçu l’ordre de ne pas quitter leur maison, sauf pour faire leur épicerie ou pour acheter des médicaments.

L'État de New York compte 5 % des cas au monde

Dimanche, le maire de New York a fait état de 114 morts et plus de 15 000 cas dans sa ville, soit le tiers de tous les cas aux États-Unis et environ 5 % des quelque 330 000 cas à travers le monde.

Environ 13 % des New-Yorkais atteints de la COVID-19 ont dû être hospitalisés.

Près d’une centaine d’employés du service de police de New York, dont 70 policiers, ont testé positif pour la COVID-19.

Des employés des aéroports d’Orlando et de New York ont également testé positif.

Le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, a déclaré qu'à partir de dimanche tous les travailleurs « non essentiels » devront rester chez eux et que tous les rassemblements seront interdits. Cet État a recensé plus de 11 000 cas et 56 décès.

M. Cuomo a affirmé dimanche que les mesures de confinement pourraient durer jusqu’à neuf mois et que 90 % de la population de son État serait infectée.

Une femme transporte une civière.

Une ambulancière arrive à une station de métro à Times Squares à New York.

Photo : Reuters / Eduardo Munoz

Il a par ailleurs exprimé sa frustration avec de nombreux New Yorkais qui ont continué à se rassembler au cours du weekend.

C’est une grave erreur. C’est insensible. C’est arrogant. C’est autodestructeur. C’est un grave manque de respect envers les autres. Il faut que ça cesse immédiatement. Ce n’est pas une blague.

Andrew Cuomo, gouverneur de l'État de New York

L’État du New Jersey a pour sa part recensé près de 2000 cas.

Les gouverneurs et maires demandent l’aide de Washington

Deux hommes en complet parlent aux médias.

Le gouverneur de New York, Andrew Cuomo et le maire de New York, Bill de Blasio.

Photo : Reuters / Andrew Kelly

Le maire démocrate de New York, Bill de Blasio, a réclamé de l'aide au président américain pour obtenir plus d’équipement médical, particulièrement des respirateurs. Il a accusé Donald Trump de « ne pas avoir levé un petit doigt pour aider les États. »

Je ne peux pas être plus clair. Si le président n'agit pas, des personnes qui auraient pu vivre vont mourir.

Bill de Blasio, maire de New York

Andrew Cuomo a lui aussi demandé une intervention nationale.

« Actuellement, lorsque les États [commandent des équipements médicaux], nous sommes en concurrence avec d'autres États. J'essaie d'acheter des masques. Je suis en concurrence avec la Californie, l'Illinois et la Floride », a-t-il déclaré, ajoutant que les hausses de prix sont devenues un énorme problème pour les États.

Donald Trump a riposté en critiquant sur Twitter certains gouverneurs et des médias qui font retomber la responsabilité de leurs défaillances sur le gouvernement fédéral.

Dimanche après-midi, l'administration Trump était sur le point de finaliser avec le Congrès américain un plan de relance évalué à 1,6 billion de dollars.

Avec les informations de Agence France-Presse, CNN, et New York Times

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

International