•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’orchestre symphonique de Winnipeg supprime des postes à cause du coronavirus

Un violon est photographié en très gros plan.

67 musiciens, 30 membres de l’administration et 14 enseignants du programme d’éducation Sistema sont au chômage technique et sous le coup d’une mise à pied à l'orchestre symphonique de Winnipeg.

Photo : Radio-Canada

L'orchestre symphonique de Winnipeg (OSW) subit aussi les contrecoups de la COVID-19, toutes les représentations jusqu'au 15 avril ont été annulées ou reportées et 11  membres du personnel vont être mis à pied à partir du 29 mars.

Cette décision a été prise pour se conformer à la recommandation de la province d’éviter les rassemblements de plus de 50 personnes.

En tout, ce sont 67 musiciens, 30 membres de l’administration et 14 enseignants du programme d’éducation Sistema qui sont au chômage technique et sous le coup d’une mise à pied.

Pour la directrice générale de l’OSW, Trudy Schroeder, cela ne pouvait pas arriver à un pire moment. Selon elle, garder et payer les équipes aurait été intenable financièrement, surtout avec l’incertitude générée par le coronavirus.

Nous avons vécu des moments difficiles et nous sommes croyons que nous allons nous en sortir, mais c’est un territoire totalement inconnu.

Trudy Schroeder, directrice générale de l’OSW

La violoniste Élise Lavallée est aussi victime de la situation. Elle explique qu’elle est, pour l’instant, en arrêt de travail et attend d’ici au 29 mars une lettre lui confirmant sa mise à pied. Le côté financier l’inquiète un peu même si elle avoue avoir l’habitude de se débrouiller financièrement en continuant notamment de donner des cours de musique par vidéoconférence.

Élise Lavallée, tout comme Trudy Schroeder, garde néanmoins un regard positif sur l’avenir.

La violoniste encourage ainsi les amateurs de musique à soutenir l’orchestre en réservant dès maintenant leurs billets pour l’année prochaine.

Les arts sont le reflet de notre humanité, donc si on peut s’élever et être inspiré par les arts, c’est important d’y mettre des ressources en ce moment.

Élise Lavallée, violoniste au sein de l’OSW

De son côté, Trudy Schroeder ne doute pas que la communauté et les partenaires de l’OSW seront au rendez-vous une fois la pandémie passée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !