•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pénurie de bénévoles dans les banques alimentaires

Des boîtes de nourriture en entrepôt.

La banque alimentaire Daily Bread, à Toronto, a vu une augmentation de 12 % de la demande pour ses services la semaine dernière.

Photo : Radio-Canada / Catherine Paradis

Les banques alimentaires au pays sont victimes d'impacts concrets de la pandémie.

Pertes de bénévoles, événements de financement annulés, clientèle en hausse, et des besoins toujours aussi criants : les banques doivent se transformer au gré des changements quotidiens.

On est un service essentiel, mais en même temps, on n’est pas considérés à ce titre dans le sens “traditionnel” des services essentiels, comme la police, les pompiers et les ambulances, constate Neil Hetherington, PDG de la banque alimentaire Daily Bread à Toronto.

Partout au pays, des organismes comme celui-ci continuent d’offrir leurs services, bien que souvent à effectifs réduits. Dans certaines communautés, on voit aussi une diminution des dons de nourriture jusqu'à 50 %, ajoute Sylvie Pelletier, directrice des communications et du marketing du réseau Banques alimentaires Canada.

Cet organisme national a d’ailleurs lancé un appel à la générosité du public cette semaine, avec une campagne de financement – virtuelle – de 150 millions de dollars, pour pouvoir continuer à subvenir aux besoins. Ce montant-là est basé sur le nombre de personnes qui utilisent les banques alimentaires aujourd'hui, pour trois mois de nourriture, précise Mme Pelletier.

Des caisses de boîte de tomates s'empilent sur une table.

Banques alimentaires Canada compte sur les dons du public pour faire face à la demande.

Photo : Radio-Canada

Les banques alimentaires ne sont pas financées par le gouvernement et comptent seulement sur la générosité d'individus et d'organismes. Bien qu'elles travaillent très dur pour répondre à la demande dans cette situation complexe, elles épuisent les ressources beaucoup plus rapidement qu'elles ne les reçoivent, renchérit le réseau Feed Ontario dans une déclaration écrite.

Clientèle à la hausse

L’an dernier, il y a eu plus de 1,1 million de visites par mois dans les banques alimentaires à l’échelle nationale, rappelle Banques alimentaires Canada.

Avec les mises à pied entraînées par la crise de la COVID-19 dans certains secteurs, et l’incertitude économique, le réseau s'attend à voir plus de besoins.

Ce qui est au coeur de l'utilisation des banques alimentaires, c’est la pauvreté. Quand les gens perdent leurs emplois, c'est sûr qu’ils n’ont pas les fonds pour tous leurs besoins quotidiens comme le loyer, la nourriture, etc.

Sylvie Pelletier, directrice des communications et du marketing, Banques alimentaires Canada

À Toronto, Daily Bread a remarqué une augmentation de 12 % de l’utilisation de ses services dans la dernière semaine. Et ce n’est qu’un début, souligne Neil Hetherington. On a juste à penser aux travailleurs d’industries comme l’hôtellerie, par exemple, qui dès la semaine prochaine n'auront plus le chèque de paie auquel ils sont habitués.

Adaptations et plans à long terme

La crise sanitaire requiert aussi déjà une réorganisation logistique des banques alimentaires, notamment pour la distribution.

Certaines banques ont dû fermer parce qu’elles étaient dans des centres communautaires, qui devaient fermer On voit donc un regroupement des centres de distribution, avec une plus grande banque alimentaire qui va desservir un plus grand territoire, indique Sylvie Pelletier.

On a perdu environ 30 % de notre réseau de cette façon dans la dernière semaine, commente Neil Hetherington. Mais on espère pouvoir bientôt pallier en utilisant des tentes d’urgences, des centres de distribution d’urgence.

Neil Heatherington dans l'entrepôt de la banque alimentaire.

Le directeur de la banque alimentaire Daily Bread, Neil Hetherington, explique que l'organisme est à la phase 3, sur 6, de son plan de pandémie.

Photo : Radio-Canada / Catherine Paradis

De manière générale, les banques tentent de minimiser le contact physique avec les clients et entre employés. La plupart préparent des paniers préemballés. On voit aussi des services de livraisons à domicile qui commencent à être explorés, décrit Sylvie Pelletier.

De son côté, Daily Bread suit son propre plan de pandémie. Nous en sommes à la phase 3, sur 6. Donc on a commencé à répartir les équipes pour réduire le personnel qui se trouve, au même moment, dans le bâtiment, mais en augmentant le nombre de jours de travail, explique Neil Hetherington, qui se prépare déjà à des mesures extrêmes.

Plus loin dans le plan, on enverrait des certificats ou des cartes cadeaux à ceux qui ont des besoins de nourriture. Et à l’étape finale, ce serait d’offrir une livraison par Amazon. Évidemment ces mesures sont incroyablement chères.

Par exemple à Toronto, pour envoyer l'équivalent de 25 $ en nourriture à chaque personne qui, présentement seulement, a recours à la banque alimentaire, ça nous demanderait 375 000 $ par semaine. Sans compter l’infrastructure pour gérer un centre d’appel. Mais il se peut qu’on ait besoin de se rendre à ce point.

Neil Hetherington, PDG de Daily Bread

Il estime qu'une mesure qui pourrait aider, entre-temps, c'est que la province augmente temporairement les paiements du programme Ontario au travail et du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées


Des groupes qui s’organisent

Des groupes communautaires s’organisent aussi pour répondre aux besoins en nourriture. Par exemple, l’organisme United Sikhs vient de lancer une banque alimentaire d’urgence au pays.

Ses services, sur demande, s’adressent notamment aux personnes âgées à la maison, à ceux qui ont des problèmes de santé et aux foyers à faibles revenus avec enfants. Le groupe propose gratuitement des aliments en conserve, des repas chauds, des aliments secs et des médicaments sans ordonnance.

Une initiative aussi lancée en réaction à la vague d’achats de panique observée au pays.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Pauvreté

Société