•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coronavirus : Hydro-Québec suspend ses frais de retard

Vue du siège social d'Hydro-Québec à Montréal pendant la période hivernale.

Hydro-Québec avait également annoncé en début de semaine qu'elle ne procéderait pas à des interruptions de service jusqu'à nouvel ordre.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Hydro-Québec a annoncé dimanche que les clients qui ne pourront pas payer leurs factures d’électricité à temps n’auront aucune pénalité.

La suspension des frais, qui entre en vigueur dès lundi et qui le restera jusqu’à nouvel ordre, sera appliquée automatiquement, précise Hydro-Québec.

La société d’État invite également ses clients qui anticipent des difficultés à payer à la contacter afin de conclure des ententes de paiements.

Le 16 mars, Hydro-Québec se disait prête à assurer son service d’alimentation en électricité à la population dans l'éventualité d'une propagation de la COVID-19.

Il n'y aura aucune interruption du service d’électricité, et ce, pour les clients tant résidentiels que d’affaires. Le moratoire hivernal sur les interruptions de service, qui s’étend du 1er décembre au 31 mars, est prolongé jusqu’à nouvel ordre, expliquait alors Hydro-Québec par voie de communiqué.

COVID-19 : tout sur la pandémie

Consulter le dossier complet

Une représentation du coronavirus.

Elle avait également assuré avoir préparé un plan dès l'apparition des premiers cas de contagion en Chine.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.