•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La SAQ et la SQDC ferment leurs succursales ce dimanche

Une main, qui est derrière une caisse enregistreuse et dont le bras est tatoué, prend un billet vert sur lequel on voit la reine Élisabeth II. Le billet se trouve dans la main d'une autre personne et il est tendu vers la personne à la caisse.

Pour une durée indéterminée, les succursales de la SAQ et de la SQDC seront fermées les dimanches.

Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

Radio-Canada

Dans un contexte de crise sanitaire, la Société des alcools du Québec (SAQ) et la Société québécoise du cannabis (SQDC) fermeront leurs succursales ce dimanche et rouvriront lundi midi. La SAQ conservera cet horaire jusqu'à nouvel ordre.

Dans un communiqué, la SAQ précise qu'elle fonctionne depuis plusieurs jours avec une main-d'œuvre réduite en raison des cas d’isolement préventif et de la fermeture des écoles et des garderies.

La société d'État soutient que la situation, l'achalandage élevé en magasin et le niveau de fatigue de ses équipes l'amènent à revoir son horaire afin de permettre à ses employés de se reposer.

L'administration de la SAQ soutient que la période de fermeture sera utilisée afin de regarnir les tablettes et de nettoyer les magasins.

Du côté de la SQDC, on évoque aussi la nécessité d'accorder du repos aux employés, mais cette pause dominicale sera la seule, pour l'instant.

La présidente et chef de la direction de la SAQ, Catherine Dagenais, soutient que cette mesure exceptionnelle est nécessaire. Nos équipes extraordinaires travaillent très fort depuis plusieurs jours dans un contexte difficile et exigeant et je les en remercie de tout cœur. Il est temps pour eux de se reposer et d’être auprès de leur famille. La demande des derniers jours sur nos opérations nous démontre l’importance de la SAQ dans le quotidien de notre clientèle, particulièrement dans le contexte actuel. Nos employés sont essentiels à la continuité des opérations et leur santé est notre première préoccupation.

La direction soutient que cette mesure est temporaire et sera réévaluée régulièrement à mesure que la situation évoluera.

La SAQ compte sur la collaboration de sa clientèle afin de limiter l’achalandage en succursales et surtout, afin que soient respectées les directives de la santé publique.

Des mesures suffisantes?

Plus tôt cette semaine, des employés de la société d'État affirmaient qu'ils étaient effrayés de se rendre au boulot.

Les files d’attente à l’extérieur du magasin sont sans fin et les mesures mises en place par notre employeur ne suffisent tout simplement pas, a écrit Sabrina Dumais, une employée de la SAQ depuis six ans, jeudi, dans une publication Facebook partagée près de 600 fois depuis, notamment par bon nombre de ses collègues.

Lors de mon dernier quart de travail, on a ri de moi lorsque j’ai demandé de maintenir une certaine distance et lorsque j’ai refusé de prendre le téléphone d'un client entre mes mains. Et plus sérieusement, j’ai dû montrer la porte à des voyageurs tout juste rentrés de voyage qui d’eux-mêmes m’ont avoué devoir être en quarantaine, a ajouté Mme Dumais.

Comme plusieurs commerces, la société d'État a annoncé en début de semaine qu'elle refusait dorénavant les paiements en argent comptant.

Des excuses pour avoir refusé l'entrée à certaines personnes âgées

La société d'État a reconnu vendredi qu'elle avait fait une erreur en refusant l'entrée à certaines personnes âgées. Une consigne avait été envoyée par la direction à toutes les succursales pour éviter que les personnes de 70 ans et plus ne se retrouvent en magasin.

Nous vous demandons de fortement déconseiller, voire d’interdire l’accès aux succursales de la SAQ aux personnes de 70 ans et plus, a notamment écrit la direction de la société d’État.

La SAQ a rapidement reconnu son erreur et a renvoyé une nouvelle directive. La SAQ est fortement désolée et s’excuse sincèrement de la situation dont elle assume l’entière responsabilité. Ce n’est pas de la faute des employés, avait indiqué son porte-parole, Mathieu Gaudreault.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Commerce

Économie