•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : Des pharmaciens installent du plexiglas pour se protéger

Simon Moisan travaille derrière un panneau transparent.

Le pharmacien Simon Moisan demande aux citoyens d'utiliser le service de livraison du Proxim de Rouyn-Noranda.

Photo : Radio-Canada / Emily Blais

Les employés des laboratoires dans les pharmacies comme Jean Coutu, Brunet et Proxim se trouvent séparés des clients par du plexiglas, un panneau transparent, depuis quelques jours.

Encore beaucoup de personnes se déplacent en pharmacie pour récupérer des médicaments, consulter un professionnel de la santé et faire d'autres achats.

Les panneaux transparents permettent aux employés de se protéger. Les clients doivent d'ailleurs manipuler eux-mêmes leurs achats pour permettre aux employés de numériser les codes à barres sans y toucher.

On élimine le plus possible les facteurs de contamination. C'est sûr que les plexiglas en font partie parce qu'on ne peut pas exclure que quelqu'un qui est asymptomatique entre à la pharmacie et contamine sans faire exprès, soutient Simon Moisan, pharmacien au Proxim.

Toussez-vous?

Avant de pouvoir parler au pharmacien, il faut répondre aux deux questions suivantes : "Avez-vous de la toux?" et "Revenez-vous de voyage?". À l'entrée des pharmacies, un employé accueille les citoyens avec un questionnaire. Si les réponses sont satisfaisantes, les clients doivent se laver les mains.

Si jamais quelqu'un qui revient de voyage dans les deux dernières semaines, quelqu'un tousse, fait de la fièvre, a de la toux ou des difficultés respiratoires, on ne les laissera pas entrer dans la pharmacie, souligne le pharmacien. On va s'arranger par téléphone ou par livraison le plus possible.

Favoriser la livraison des médicaments

Si le nombre des clients est restreint au minimum, les livreurs eux, multiplient les allers-retours. Simon Moisan demande d'ailleurs à la clientèle de favoriser le service de livraison plutôt que de se déplacer en pharmacie.

On limite à 100 % le contact direct avec les patients. Le service de livraison laisse le colis à la porte du patient. Le paiement va se faire par carte dans la mesure du possible. Sinon, quand c'est vraiment nécessaire, on fonctionne avec des gants ou avec des sacs pour protéger nos livreurs et nos clients, décrit-il.

L'Ordre des pharmaciens du Québec encourage ces initiatives

Soyez gentils et soyez patients avec le personnel de la pharmacie, demande le président de l'Ordre des pharmaciens du Québec, Bertrand Bolduc. Des fois, ils vous refusent parce que vous avez plus de 70 ans. Ce n'est pas parce qu'ils ne vous aiment pas, au contraire : ils vous aiment. Ils veulent vous garder en santé et vous protéger, nous protéger.

Bertrand Bolduc rappelle qu'il est possible de faire livrer d'autres produits que les médicaments.

Tout ça, ça s'achète au téléphone ou par Internet. On peut livrer sans problème. Ce n'est pas parce que vous avez besoin d'une bouteille de shampoing ou de dentifrice qu'on ne peut pas vous le livrer. Ce n'est pas un problème, indique le président.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !