•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : plus de pouvoirs pour les pharmaciens pour répondre aux besoins

Une pharmacienne donne des conseils à un patient, derrière son comptoir.

La pharmacienne Annie-Louise Turcotte.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les changements ont été nombreux cette semaine pour les pharmaciens du Québec. Les propriétaires doivent maintenir les services essentiels tout en assurant la sécurité des clients et des employés.

Depuis mardi, les pharmaciens du Québec ont de nouveaux pouvoirs pour mieux servir la population.

Le projet de loi 31 a été adopté pour accorder plus de souplesse dans leurs activités. Ils peuvent, par exemple, prescrire des médicaments en vente libre sous certaines conditions [...] et selon le jugement du pharmacien.

Aussi, on a plus de souplesse au niveau de la prolongation de certaines ordonnances pour enlever une surcharge au niveau des collègues médecins, explique Annie-Louise Turcotte, propriétaire du Proxim du boulevard Parent, à Trois-Rivières.

Exemples de nouveaux pouvoirs des pharmaciens

  • Évaluer la condition physique et mentale d’une personne dans le but d’assurer l’usage approprié de médicaments
  • Prescrire un médicament de vente libre lorsque la situation clinique ou toute autre circonstance le justifie
  • Administrer un médicament aux fins de la vaccination
  • Administrer un médicament lors d’une situation d’urgence
  • Prescrire un médicament lors de la vaccination

Source : Ordre des pharmaciens du Québec

L'autre chose, c'est qu'on peut accepter les prescriptions électroniques et juste par fax. On n'a plus besoin du papier. Si vous sortez d'une clinique COVID et qu'on suspecte ou que vous êtes COVID positif, on ne veut pas vous voir en pharmacie.

Bertrand Bolduc, président de l'Ordre des pharmaciens du Québec

L'adoption de la loi et les mesures entourant la pandémie de la COVID-19 leur demandent de s'adapter tous les jours.

Dans plusieurs pharmacies, des plexiglas ont été ajoutés au comptoir des prescriptions pour protéger les clients et le personnel.

Annie-Louise Turcotte invite les clients à appeler pour faire préparer les prescriptions et tout autre achat en magasin avant de se déplacer.

Hausse de la demande pour les livraisons

Le service de livraison se fait également sans aucun contact avec les clients. Mme Turcotte n’a pas embauché de nouveaux livreurs : c’est son personnel habituel qui répond à la demande à la hausse.

Quand on va livrer chez le patient, on téléphone quand on est rendu à la porte. On va porter le paquet. L'important, c'est que le livreur ne soit jamais en contact avec les gens. Le livreur repart et s'assure visuellement que le patient a pris son colis avant de partir, explique la pharmacienne.

La pharmacienne croit qu'il est temps plus que jamais de profiter de ces nouveaux services. Mais comme plusieurs de ses collègues, elle s'inquiète surtout pour ses clients de plus de 70 ans qui continuent de se déplacer en magasin.

Elle, comme plusieurs de ses collègues, s'inquiète surtout pour ses clients de plus de 70 ans qui continuent de se déplacer en magasin.

Elle les encourage fortement à la contacter par téléphone et à utiliser les services alternatifs, pour leur propre sécurité.

Le ministre vous a mis en isolement. C'est vraiment super important de le respecter pour votre santé, mais pour la santé de tout le monde, conclut Annie-Louise Turcotte.

Avec les informations de Pascale Langlois

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !