•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Suivez les directives » : les maires de Bromont et de Granby implorent la population

Le reportage de Fanny Lachance-Paquette

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le CIUSSS de l’Estrie-CHUS met en garde la population de Granby et de Bromont : plusieurs personnes testées positives au coronavirus circulent ou ont circulé dans des lieux publics. Les maires de ces deux villes sont catégoriques : « demeurez chez vous », martèlent les deux hommes.

Je trouve ça inacceptable, c’est de montrer très peu de respect envers les autres. Les consignes de la santé publique sont très claires là-dessus et j’espère que ces gens-là vont rentrer, lance d’emblée le maire de Granby, Pascal Bonin.

L’Estrie compte 20 % de tous les cas confirmés dans la province et se classe au deuxième rang des régions les plus touchées de la province, tout juste derrière Montréal.

Ce n’est pas normal que dans deux municipalités, au nombre de citoyens que nous avons, que nous en soyons rendus là.

Louis Villeneuve, maire de Bromont

Est-ce que je suis heureux de savoir qu’on a plus de cas? La réponse est non, c’est évident, se désole le maire de Bromont, Louis Villeneuve. Les deux politiciens unissent leur voix pour demander à la population de respecter les consignes.

Je suis moi-même allé dans un supermarché où il y avait plusieurs personnes âgées qui ne semblaient pas comprendre que c’est dangereux, qu’il y avait un risque pour eux d’être là, relate Louis Villeneuve. Il y a des parents qui se rencontrent dans les parcs avec les enfants. Ils ne faisaient pas ça pour mal faire, mais il faut répéter le message : la distanciation c’est important. Ça n’empêche pas les gens de prendre l’air, mais il faut éviter ces contacts-là.

La santé publique de l’Estrie n’a pas voulu accorder d’entrevues sur le sujet. Le CIUSSS affirme faire un suivi quotidien avec les personnes infectées au coronavirus qui restent chez elles.

Les policiers en renfort

Les villes de Bromont et Granby ont mis en place des mesures additionnelles pour faire respecter les consignes.

Notre service policier a commencé à circuler beaucoup dans les parcs, dans les endroits où il peut y avoir des attroupements, près des commerces pour sensibiliser les gens et leur expliquer ce qu’ils doivent faire. On est proactif, a indiqué Louis Villeneuve.

Pascal Bonin, maire sortant et candidat à la mairie de Granby

Pascal Bonin, maire de Granby

Photo : Radio-Canada

La Ville de Granby va encore plus loin et compte limiter l'accès aux modules de jeux dans les parcs. On va enrubanner les modules de jeux partout dans les lieux publics où il y a des jeux pour enfants pour éviter la propagation et les rassemblements. Donc j’applique toutes les mesures demandées par la santé publique immédiatement ou dans la mesure du possible dans les prochaines heures, explique Pascal Bonin.

Louis Villeneuve demande également aux gens qui viennent à Bromont les fins de semaine de rester chez eux. On a demandé de ne pas voyager entre les régions [...] Chacun a la responsabilité de poser des gestes et c’est comme ça qu’on va y arriver.

Louis Villeneuve va rencontrer sa cellule de crise samedi pour voir ce qu’ils peuvent faire de plus pour s’assurer que les gens restent à la maison.

Par ailleurs, les policiers de la Sûreté du Québec sont appelés à faire de la patrouille préventive. Ils surveilleront les endroits où il pourrait y avoir un attroupement de personnes pour limiter les risques de propagation du coronavirus.

La police pourrait intervenir, prévient Horacio Arruda

Le directeur national de santé publique Horacio Arruda a fait savoir lors d’un point de presse samedi que la police pourrait être appelée à intervenir si nécessaire lorsque des citoyens refusent de s'isoler. « À partir de maintenant, c’est clair qu’on va contraindre des personnes qui ne respectent pas les consignes, surtout si elles ont été avisées, contactées puis qu’on a des informations qu’elles se promènent », a-t-il déclaré.

Les droits d’un individu s’arrêtent là où l’impact à la communauté est très élevé

Horacio Arruda, directeur national de santé publique

M. Arruda a expliqué que le gouvernement misait jusqu’à présent sur les actions de sensibilisation afin de convaincre les citoyens de respecter les consignes. Or, les récalcitrants pourraient faire face à la police. « Les directeurs (de santé publique) n’auront pas de problème à envoyer des agents de la paix qui vont s’organiser pour que les personnes soient isolées », a-t-il déclaré.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Politique municipale