•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les mesures sanitaires se multiplient en Amérique latine pour contrer la COVID-19

Des employés portant un masque

Des employés portant un masque à l'aéroport international de La Havane

Photo : Reuters

Agence France-Presse

Cuba a annoncé vendredi la fermeture pour un mois de ses frontières aux non-résidents en raison de la pandémie de coronavirus, après avoir tenté jusqu'au dernier moment de préserver son activité touristique, moteur de l'île.

Nous allons réguler l'entrée aux frontières du pays, en n'autorisant que l'entrée des résidents à Cuba, a annoncé à la télévision le président Miguel Diaz-Canel.

Le dernier bilan officiel fait état de 21 cas dont un décès, celui d'un touriste italien, et de 716 cas suspects.

La mesure entrera en vigueur mardi et pour 30 jours, avec la sortie du territoire toujours possible, mais uniquement pour les quelque 60 000 touristes actuellement présents à Cuba.

Les salariés obligés d'arrêter de travailler en raison de cette crise auront 100 % de leur salaire garanti le premier mois, 60 % ensuite.

En revanche, les écoles resteront ouvertes, une décision défendue par le premier ministre Manuel Marrero. Où ces enfants seront-ils le plus en sécurité, si ce n'est dans les écoles?

De son côté, la Colombie passera en confinement général obligatoire à partir de mardi et jusqu'au 13 avril pour enrayer la propagation de la COVID-19, a annoncé vendredi le président Ivan Duque.

Dans le cadre de l'état d'urgence, nous appliquerons un isolement préventif obligatoire pour tous les Colombiens à partir du 4 mars à 23 h 59 jusqu'au lundi 13 avril à minuit, a déclaré le chef de l'État.

Au Guatemala, le président Alejandro Giammattei a annoncé un arrêt partiel de la production industrielle du pays afin de contenir la pandémie.

Avec la Chambre d'industrie, nous sommes convenus d'une fermeture volontaire des industries non essentielles du pays pour une période de huit jours, a déclaré M. Giammattei.

La mesure entre en vigueur lundi, mais n'affectera pas les secteurs alimentaire, pharmaceutique ainsi que tout ce qui concerne la production de produits d'hygiène et de santé.

Le Guatemala a fermé ses frontières aux étrangers depuis lundi, interdit les rassemblements, fermé les établissements scolaires et restreint la circulation des transports publics.

Le Guatemala compte 13 cas de contamination, dont un mort, un homme âgé de 85 ans rentré d'Espagne.

L’industrie automobile à l’arrêt

Au Mexique, les constructeurs automobiles Nissan et General Motors ont annoncé vendredi la suspension de leur production face à la progression de l'épidémie.

Les deux groupes rejoignent leurs concurrents Audi (groupe Volkswagen), Ford et Honda, qui avaient déjà pris la même décision.

Le ministre brésilien de la Santé a estimé vendredi que le nombre de cas du nouveau coronavirus dans le pays augmenterait jusqu'en juillet et assuré que le gouvernement faisait tout pour éviter l'engorgement du système de santé.

Les décès causés par la COVID-19 sont passés à 11 vendredi, contre 6 la veille, et les cas confirmés à 904 contre 621, selon des données officielles.

Cette hausse rapide va durer pendant le mois d'avril, le mois de mai et le mois de juin, moment où cette augmentation commencera à montrer une tendance au ralentissement, a-t-il ajouté.

Le Brésil, qui compte 210 millions d'habitants, a annoncé jeudi la fermeture pour un mois à partir de lundi de ses frontières aux ressortissants venus d'Europe, d'Australie et de plusieurs pays asiatiques.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé publique

International