•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les étudiants et résidents temporaires pourront rentrer, mais patience, dit Ottawa

Le gouvernement Trudeau confirme que les travailleurs agricoles, les résidents temporaires et les étudiants internationaux pourront rentrer au Canada, malgré la fermeture des frontières.

Des voyageurs s'enregistrent à un kiosque.

Les mesures nécessaires pour permettre à ces gens de rentrer devraient être en place au début de la semaine prochaine.

Photo : La Presse canadienne / Michelle Siu

À ce jour, hormis quelques rares exceptions, seuls les résidents permanents et les citoyens canadiens peuvent rentrer au pays, comme l’avait déclaré en début de semaine Justin Trudeau. Cette liste va prochainement s’allonger.

Mercredi, le ministre de la Sécurité publique, Bill Blair, avait déjà annoncé que les travailleurs avec visa, les travailleurs agricoles et les étudiants internationauxpourraient revenir au Canada, au cours d’un point de presse. Aucun détail ni aucune modalité n’avaient cependant été précisés.

Dans les aéroports, de nombreux résidents temporaires, qui avaient quitté le pays pour des vacances ou retrouver leur famille à l’étranger par exemple, se sont ainsi rués sur les derniers billets d’avion disponibles pour tenter de revenir au Canada, là où ils séjournent, travaillent ou étudient, parfois depuis plusieurs années.

Mais plusieurs d’entre eux ont déchanté, selon de multiples témoignages reçus par Radio-Canada. Ces résidents temporaires ont vu leur embarquement refusé par les compagnies aériennes, qui leur disaient ne pas avoir connaissance d’une nouvelle directive officielle du gouvernement fédéral.

Ce dernier avait par la suite mentionné, par courriel, que des détails […] sont en cours d’élaboration.

Dans un communiqué publié vendredi soir, Ottawa confirme ces exemptions qui s’appliqueront aux étrangers qui se sont déjà engagés à travailler, à étudier ou à s’établir au Canada. Le gouvernement Trudeau demande néanmoins un peu de patience.

Les personnes touchées par ces exemptions ne devraient pas essayer de se rendre au Canada immédiatement. Nous en ferons l’annonce quand les exemptions seront en place, ce qui devrait être au début de la semaine prochaine, peut-on lire.

La liste des exemptions :

  • Les travailleurs agricoles saisonniers, les travailleurs du secteur du poisson et des fruits de mer, les aides familiaux et tous les autres travailleurs étrangers temporaires;
  • les étudiants étrangers qui avaient un permis d’études valide, ou qui avaient demandé un permis d’études et qui avaient vu leur demande approuvée quand les restrictions de voyage sont entrées en vigueur le 18 mars;
  • les demandeurs de résidence permanente qui avaient été approuvés pour la résidence permanente avant que les restrictions de voyage n'aient été annoncées le 16 mars, mais qui ne s’étaient pas encore rendus au Canada.

Par ailleurs, toutes ces personnes devront également se soumettre aux protocoles de vérification médicale avant de voyager et doivent s’isoler pendant 14 jours à leur arrivée au Canada.

D'autres mesures pour aider les employeurs

D’autres mesures sont également prévues par Ottawa.

Temporairement, le processus d’étude d’impact sur le marché du travail sera revu. Pour les six prochains mois, les employeurs des secteurs de l'agriculture et de la transformation alimentaire n'auront pas à se soumettre à la période de recrutement de 2 semaines requise.

Cette décision permettra ainsi à des entreprises d’embaucher plus aisément et rapidement des travailleurs étrangers.

Dans le cadre du Programme des travailleurs étrangers temporaires, la durée d’emploi maximale permise passera de 1 à 2 ans pour les travailleurs du bolet de postes à bas salaire, ajoute le gouvernement Trudeau.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !