•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : Des pharmaciens installent des écrans protecteurs au comptoir des ordonnances

Des pharmaciens prennent les grands moyens pour s’assurer de se protéger de la COVID-19 dans l’exercice de leurs fonctions.

Le pharmacien Nicolas Huot est debout derrière un écran protecteur au comptoir des ordonnances.

Pour se protéger de la COVID-19, des pharmaciens mettent des écrans protecteurs au comptoir des ordonnances.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Dumas

Radio-Canada

Puisque plusieurs ne respectent pas les consignes édictées par Québec pour freiner la COVID-19, des pharmaciens choisissent de redoubler de prudence. Certains d'entre eux ont fait l'achat d'écrans protecteurs pour limiter les risques de contagion dans leurs établissements.

C'est le cas de Nicolas Huot, pharmacien de l'enseigne Proxim à Saint-Germain-de-Grantham. Il a décidé de faire l’achat d’écrans protecteurs pour limiter les risques de contagion de la COVID-19. Une façon pour lui de protéger les employés du commerce.

Les écrans ont été installés au comptoir du laboratoire et à la caisse, où les clients sont invités à passer eux-mêmes les articles sous le lecteur optique.

Contrairement au message véhiculé par le premier ministre, il y a beaucoup de gens qui continuent à se présenter à la pharmacie pour des choses qui sont non essentielles, malgré le fait qu'on offre la livraison et qu'on peut faire préparer les choses, explique le pharmacien.

Propriétaire d'une pharmacie Uniprix au centre-ville de Drummondville, le pharmacien Nicolas Blanchette songe à opter, lui aussi, pour cette solution. Il compte toutefois évaluer l'évolution des habitudes des clients au cours des prochains jours avant de se lancer.

Pour l'instant, on axe beaucoup sur l'éducation, on fait notamment des publications sur les réseaux sociaux. On informe nos clients que la livraison est disponible. On les aime, nos clients, mais on les aime mieux à la maison, lance-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Santé publique