•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coronavirus : des réponses à vos questions économiques

Un courtier regarde les résultats de la Bourse sur un tableau d'affichage numérique.

Les indices boursiers nord-américains ont baissé de 32 à 35 % depuis les derniers sommets.

Photo : afp via getty images / Bryan R. Smith

Au fond, on crée une crise économique pour éviter une crise sanitaire ou de santé publique. Avec raison, on place l’économie à l’arrêt, un coup de frein très brusque, avec toutes les conséquences qu’on imagine et qu’on constate, pour tenter de ralentir, contrôler, renverser la propagation de la COVID-19. C’est incroyablement exceptionnel.

Dans un sondage diffusé jeudi, le Toronto Star montre que 93 % des Canadiens sont inquiets pour l’économie et 82 % des gens craignent d’être atteints par la COVID-19. Autrement dit, les gens s’inquiètent à la fois de leur santé physique et de leur santé financière.

En temps normal, les questions financières et économiques font partie des préoccupations premières des citoyens. Environ la moitié des ménages sont à une paie de la débâcle financière. La plupart des gens vivent d’une paie à l’autre. Alors, en temps de crise, où l’économie est à l’arrêt, l’angoisse financière est exacerbée.

Alors, vous comprendrez que je reçois des dizaines de questions, voire des centaines de questions et de commentaires tous les jours, dans ma boîte de courriels, sur Facebook, sur Twitter; elles viennent de partout. Avec mon équipe, nous tentons généralement de répondre aux questions à RDI économie; mais il est difficile, dans le flot d’information continue qui s’abat sur nous toutes les heures, de donner des réponses à tous.

Alors, voici 15 questions qui reviennent souvent depuis quelques jours. Et 15 réponses qui, je l’espère, vont vous aider un peu. Je remercie Louise Brassard et Nicolas David de l’équipe de RDI économie pour leur aide à répondre à vos questions.

1- M. Trudeau a dit que son gouvernement étudiait des options pour sécuriser les retraités qui écopent de la dégringolade boursière. Est-ce qu’il y aura d’autres mesures, outre celle permettant de diminuer de 25 % les retraits du FERR?

Pour l’instant, le gouvernement du Canada a annoncé la réduction de 25 % du retrait minimal obligatoire pour 2020 du Fonds enregistré de revenu de retraite (FERR). Cette annonce va permettre à des milliers de personnes de réduire leur exposition aux fortes fluctuations boursières actuelles.

Pour les personnes à faible revenu, le crédit de TPS sera bonifié d’ici le début du mois de mai, avec un versement supplémentaire de 300 $ (et de 150 $ par enfant). D’autres mesures pourraient suivre, mais rien, pour l’instant, sur la Sécurité de la vieillesse ou le Supplément de revenu garanti.


2- J’ai des dettes (prêt personnel et marge de crédit) et j’ai un REER qui est trois fois plus gros que mes dettes. Mon REER fond comme neige au soleil. Serait-il plus avantageux de retirer l’argent de mon REER et de rembourser mes dettes?

Retirer l’argent de son REER signifie, comme les experts l’affirment, de cristalliser sa perte. Autrement dit, la chute de 30 ou 35 %, vous n’allez jamais la récupérer. Investir et épargner, les spécialistes le disent constamment, c’est avec une vision à long terme.

Il faut investir périodiquement, disons à chaque paie, ce qui nous permet de faire entrer des sommes dans le marché à différents moments de l’année, avant, pendant, après les chutes et les hausses. Par ailleurs, il faut rembourser ses dettes à taux plus élevés d’abord, les cartes de crédit par exemple.


3- Comment faire pour s’inscrire au programme qui permettrait de maintenir en poste mes trois employés?

Le gouvernement du Canada a annoncé plusieurs types de soutien (Nouvelle fenêtre) mercredi dernier. Vous pourriez être admissibles par exemple à la subvention salariale de 10 % pour maintenir en emploi vos travailleurs, jusqu’à 1375 $ par travailleur pendant trois mois. Ottawa a aussi annoncé un Programme de crédit aux entreprises avec la Banque de développement du Canada.

Et puis, le gouvernement du Québec a annoncé jeudi un plan de 2,5 milliards de dollars pour faire des prêts et garantir des prêts de plus de 50 000 $ pour les entreprises qui ont des problèmes de liquidités dus à la crise de la COVID-19. Il s’agit du Programme d’action concertée temporaire pour les entreprises (Nouvelle fenêtre) (PACTE).

Dans le cadre de RDI économie, le fiscaliste Luc Godbout a précisé que certains employeurs pourraient se tourner également vers le Programme pour travail partagé.


4- Pour nous permettre de rembourser sans nous tourner vers la faillite, est-ce qu’il y aura une entente pour baisser les taux d'intérêt des différentes cartes de crédit?

La réponse courte, c’est non. Le PDG de Desjardins Guy Cormier a fait état à RDI économie jeudi soir d'une foule d’initiatives pour les clients, mais pas de changements sur les taux d’intérêt pour l’instant.

Les institutions financières évaluent, selon la situation des clients, la possibilité de reporter des paiements sur les hypothèques et les cartes de crédit. Desjardins précise qu’il peut y avoir des moratoires de remboursement de capital pour les entreprises. Guy Cormier affirme que l’évaluation se fait au cas par cas en une couple d’heures.

Desjardins permet aussi le paiement sans contact sur ses terminaux dans les commerces et la possibilité de retirer jusqu’à 250 $ sur les cartes de crédit.


5- Si la crise du coronavirus devait durer toute l'année, le gouvernement canadien aurait-il les reins assez solides pour renouveler son aide financière?

Oui. La situation financière du gouvernement du Canada est parmi les meilleures du monde. Le Canada a une note de crédit parfaite de AAA, et son endettement par rapport au PIB est très faible, à 30-31 %. L’aide directe de 27 milliards de dollars annoncée mercredi par le ministre des Finances Bill Morneau représente 1 % du PIB. En 2009, le gouvernement Harper, durant la crise financière, avait annoncé un soutien de 25 milliards de dollars, qui représentait alors 1,5 % du PIB.

Le gouvernement Trudeau, aujourd’hui, prévoit d’autres soutiens à l’économie qui pourraient atteindre 2, 3, 4 % du PIB, selon les économistes, ce qui amènerait le déficit budgétaire pour 2020-2021 à plus de 100 milliards de dollars, peut-être même 150 milliards, selon l’économiste en chef de l’Industrielle Alliance, Clément Gignac. Le Canada a les moyens d’injecter toutes les sommes nécessaires dans l’économie pour éviter une dépression économique.


6- Enseignante suppléante en congé forcé, l'assurance-emploi demande un formulaire de cessation d'emploi. Techniquement, je ne suis pas congédiée, mais suspendue temporairement. Donc, difficile d'obtenir une preuve de cessation d'emploi. Si l'assurance-emploi refuse l'allocation, est-ce que je pourrai recevoir de l'aide du fédéral et/ou du Québec, et si oui, laquelle?

Si vous n’avez pas accès à l’assurance-emploi, le gouvernement fédéral propose, dès le début d'avril, un Soutien d’urgence pour les personnes qui perdent leur emploi, des revenus et des contrats (Nouvelle fenêtre). Les détails restent à préciser, mais nos experts à RDI économie ont expliqué que ça pourrait ressembler à une prestation d’assurance-emploi de 450 $ par semaine.

Le gouvernement du Québec a créé le Programme d’aide temporaire aux travailleurs (PATT) qui s’adresse également aux travailleurs qui n’ont pas accès à l’assurance-emploi et qui ne sont pas admissibles à d’autres types de soutiens financiers.


7- Je suis une petite entreprise de soins aux malades. Avec les mesures actuelles, je me vois refuser l’entrée dans les CHSLD où je travaillais. Quelle aide m’est offerte?

Je comprends que vous perdez des contrats et des revenus. Dans ce cas-ci, vous pourriez demander l’aide du gouvernement fédéral et son soutien d’urgence pour les travailleurs autonomes et entrepreneurs qui perdent des contrats.


8- M. Legault a encouragé l’achat local. Les gouvernements pourraient-ils faire une pause sur la TVQ et la TPS pour permettre aux gens qui veulent acheter plus de nourriture et d’autres biens et services de souffler?

L’économiste Clément Gignac, de l’Industrielle Alliance, a proposé au gouvernement du Canada de suspendre la TPS pendant quelques mois, à l'issue desquels arrivera le moment de relancer l’économie. C’est près des deux tiers de l’économie qui s’appuient sur la consommation, et la reprise économique passera par une accélération des achats et des dépenses des consommateurs ainsi que des investissements des entreprises. Il n’y a pas eu d’annonces à ce sujet pour l’instant.


9- Peut-on s'attendre à une baisse des taux hypothécaires et de marges de crédit hypothécaires?

Les taux hypothécaires fixes sont en baisse, suivant le mouvement des marchés obligataires. Et les banques ont abaissé leur taux préférentiel d’un point de pourcentage, de 3,95 % à 2,95 %, dans la foulée de la baisse du taux directeur de la Banque du Canada, de 1,75 % à 0,75 %.


10- Je voudrais savoir si les personnes âgées vont avoir un boni du gouvernement?

Les personnes à faible revenu, dont les aînés, auront droit à une bonification du crédit pour TPS d’ici le début de mai. C’est une somme de 300 $ par personne qui sera ajoutée. Par ailleurs, rien n’est prévu sur une bonification des rentes (RRQ, RPC), du Supplément de revenu garanti ou de la Sécurité de la vieillesse. Le gouvernement a, par ailleurs, réduit de 25 % l’obligation du retrait minimal du FERR pour les personnes de plus de 71 ans.


11- Les travailleurs autonomes et propriétaires d'entreprise salariés de celles-ci qui n'ont pas droit au chômage sont délaissés dans cette crise. Tout le monde du milieu entrepreneurial panique. Est-ce que le provincial annoncera quelque chose?

Il n’est pas simple d’avoir accès maintenant et rapidement aux soutiens mis sur pied par les gouvernements. Néanmoins, des annonces ont été faites. Le gouvernement fédéral a annoncé l’allocation pour soins d’urgence et l’allocation pour soutien d’urgence, dont on a parlé un peu plus haut dans ce texte. Le gouvernement du Québec a dévoilé le programme PACTE, dont on a parlé aussi, et qui permet l’octroi de prêts et de garantie de prêts.


12- Pour ce qui est de l’aide aux travailleurs autonomes qui ont cessé toutes activités, fermé leur commerce et mis à pied temporairement les employés, qu’en est-il des versements d’acomptes provisionnels pour TPS/TVQ?

Les gouvernements ont repoussé au 31 août le paiement des impôts et des acomptes provisionnels. La déclaration de revenus peut se faire avant le 1er juin, les acomptes provisionnels avant le 15 juin. Les versements pour TPS/TVQ doivent se faire normalement, a précisé le fiscaliste Luc Godbout à RDI économie vendredi.


13- On sait que la Caisse de dépôt a investi nos fonds de pension un peu partout dans le monde. Y a-t-il un danger que ces investissements s’effondrent?

Environ la moitié des investissements de la Caisse de dépôt et placement du Québec se trouvent dans des actions en bourse et des actions d’entreprises privées. Il est clair que la Caisse a été touchée par les chutes boursières des dernières semaines. Néanmoins, le portefeuille de l’institution est diversifié. On en saura davantage l’été prochain quand l’institution fera le point sur ses résultats de mi-année. Les indices boursiers nord-américains ont baissé de 32 à 35 % depuis les derniers sommets.


14- Est-ce que le gouvernement compte augmenter le salaire minimum au mois de mai comme prévu?

Le gouvernement n’a pas envoyé de signaux contraires. Dans un effort pour stimuler l’économie, il serait très étonnant que l’État recule sur cet engagement. Le salaire minimum sera majoré de 60 cents le 1er mai 2020 au Québec, à 13,10 $ l’heure.


15- Je suis un travailleur autonome, je fais UBER à temps plein. Avec la fermeture de l'école, je dois garder mes enfants à la maison. Est-ce que j'ai droit au soutien du gouvernement fédéral ou provincial?

Selon l’avocate Marianne Plamondon, dans une entrevue à RDI économie, les personnes qui offrent des services sur UBER sont des travailleurs autonomes qui auront droit au soutien d’urgence du gouvernement du Canada si elles n’ont pas accès à l’assurance-emploi.

Une édition spéciale de RDI économie est diffusée samedi à 17 h 30 (HE) et dimanche à 21 h 30 (HE) pour répondre à vos questions.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

Économie