•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les consignes de Legault ignorées par des gestionnaires en santé

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Un homme rempli un formulaire sur un comptoir.

Des employés du réseau de la santé dénoncent les agissements de leurs gestionnaires en pleine crise de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada

Des employés de plus de 70 ans qui restent en fonction malgré la crise du coronavirus. D'autres avec d'importants problèmes de santé à qui l'on refuse le télétravail. Des situations presque impensables, mais bien réelles dans le réseau de la santé à Québec.

Des travailleurs du Centre intégré universitaire de santé et services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale, du CISSS de Chaudière-Appalaches et du CHU de Québec-Université Laval ne cachent pas leur inquiétude.

Même s'ils n'oeuvrent pas dans des secteurs essentiels, leurs gestionnaires semblent faire fi des directives de la santé publique pour limiter la propagation de la COVID-19.

De très nombreux cas ont été signalés aux représentants syndicaux et ils proviennent de divers corps de métier : ergothérapeutes, travailleurs sociaux, orthophonistes, techniciens en informatique, etc.

Actuellement, on a des collègues avec des symptômes, qui toussent et qui se mouchent, mais qui sont au travail parce qu'ils n'ont pas encore réussi à joindre Info-Santé 811!, dénonce Nadine, une travailleuse du CIUSSS, dont nous avons modifié le nom et tairons la profession afin de lui éviter des représailles.

Ce serait possible de faire le télétravail à la maison parce qu'on a le matériel nécessaire [....] mais malgré ça, ce n'est pas autorisé.

Nadine (nom fictif), employée du CIUSSS de la Capitale-Nationale

Elle raconte que sa gestionnaire lui demande de maintenir son rythme habituel pour les visites à domicile, qu'elles soient prioritaires ou non. Ironiquement, ce sont les patients qui refusent les visites par crainte de contracter la COVID-19, explique Nadine.

L'usager ne veut pas nous voir là! J'ai fait toutes mes interventions par téléphone [cette semaine] et j'ai réussi à faire mon travail! , dit-elle, ajoutant que cela démontre que le télétravail serait bel et bien possible.

Aînés au boulot

D'autres témoignages recueillis par Radio-Canada démontrent que même des employés handicapés ou avec un système immunitaire affaibli se sont vus refuser une demande de télétravail dans les derniers jours, au CIUSSS de la Capitale-Nationale.

Dans certains cas, des gestionnaires ont exigé un billet du médecin alors que le premier ministre François Legault a clairement appelé à délaisser cette pratique.

Des dizaines de travailleurs de plus de 70 ans sont aussi tenus de rentrer au boulot, alors que le gouvernement Legault demande aux Québécois de cet âge de s'isoler à la maison.

On en a une quarantaine de ces personnes-là qui sont appelées à venir au travail, rapporte le président du syndicat des travailleuses et des travailleurs du CIUSSS de la Capitale-Nationale, Richard Boissinot.

On leur donne des outils de protection, mais on est inquiet quand même.

Richard Boissinot, président du syndicat des travailleuses et des travailleurs du CIUSSS de la Capitale-Nationale

Selon lui, il est urgent que le CIUSSS accélère les mesures pour protéger tout le monde. Je vous dirais que l'écoute est là. Le geste, des fois, ça prend un peu plus de temps.

« Manque de vigilance »

Dans une note interne datée du 18 mars et dont Radio-Canada a obtenu copie, le PDG du CIUSSS de la Capitale-Nationale rappelle aux gestionnaires que le télétravail n'est autorisé que pour les personnes en isolement volontaire ou obligatoire ou pour les personnes présentant des conditions médicales particulières.

Informée de cette directive, la présidente de l'Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes familiaux et conjugaux du Québec estime que cela manque de clarté.

Si j'étais ministre de la Santé et des Services sociaux, je communiquerais avec ce PDG pour bien comprendre ses consignes, dit poliment Guylaine Ouimette.

Je ne vois pas dans cette consigne-là l'importance d'augmenter les mesures sanitaires.

Guylaine Ouimette, présidente de l'Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes familiaux et conjugaux du Québec

Pas juste dans la Capitale-Nationale

Dans les derniers jours, Mme Ouimette dit avoir reçu des centaines de messages de travailleurs sociaux de partout au Québec qui déplorent les décisions de leurs gestionnaires dans le réseau de la santé.

Même dans les bureaux, on nous dit que les gestionnaires les réunissent par groupes de 40 tous les matins dans des petits espaces!, s'étonne-t-elle.

Vous comprendrez qu'il y a un illogisme là-dedans, il y a un manque de vigilance.

Guylaine Ouimette, présidente de l'Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes familiaux et conjugaux du Québec

Mme Ouimette dit avoir exposé ces situations à la ministre de la Santé, Danielle McCann, qu'elle refuse d'ailleurs de blâmer. À son avis, le Québec accuse un retard en matière de télétravail, ce qui explique peut-être certaines difficultés actuelles.

Elle espère néanmoins que le réseau de la santé clarifiera ses attentes auprès des gestionnaires. Toute la chaîne humaine impliquée dans la protection du public et de soi-même, il faut qu'on soit agile et qu'on soit vigilant, résume-t-elle.

Quant à Nadine, elle croit que les gestionnaires du CIUSSS de la Capitale-Nationale n'ont pas de mauvaises intentions. Elle souhaiterait simplement que le réseau de la santé soit exemplaire dans son application des directives pour éviter la propagation de la COVID-19.

« C'est clair, nos orientations »

Samedi, en début d'après-midi, la ministre de la Santé et des Services sociaux s'est montrée très limpide lorsque questionnée sur les agissements des gestionnaires.

C'est clair, nos orientations. Le télétravail, le télétravail, dans toutes les possibilités que ça offre », a insisté Danielle McCann.

C'est sûr qu'il y a des moments où ce n'est pas possible, des endroits où ce n'est pas possible. Il faut faire les mesures de protection dont on parle toujours.

Danielle McCann, ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec

La ministre a donc invité les gestionnaires de son réseau à évaluer chaque situation au cas par cas pour les employés qui oeuvrent dans des secteurs non-essentiels.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !