•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La SAQ s'excuse d'avoir refusé l'entrée à certaines personnes âgées

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Longue file de personnes devant un magasin de la SAQ.

Le reportage de Julie Émond.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La Société des alcools du Québec (SAQ), dont les succursales demeurent ouvertes, reconnaît avoir fait une erreur, vendredi matin, qui a pu mener à des incidents pour le moins fâcheux.

Une consigne a été envoyée par la direction à toutes les succursales pour éviter que les personnes de 70 ans et plus ne se retrouvent en magasin.

Nous vous demandons de fortement déconseiller, voire d’interdire l’accès aux succursales de la SAQ aux personnes de 70 ans et plus, a notamment écrit la direction de la société d’État.

Interprétée différemment d’un endroit à l’autre, la directive a rapidement mené certains employés à demander aux personnes d’un certain âge qui se présentaient en magasin de présenter une pièce d’identité. Bref, plusieurs personnes tout à fait majeures se seraient fait « carter » à la SAQ vendredi.

C'est arrivé à Gilles Quenneville, de Montréal. L'homme s'est présenté à la succursale de Westmount, rue Sherbrooke Ouest, vendredi matin; une fois à la caisse, on lui a demandé de s'identifier. J'ai refusé! Cette mesure est totalement discriminatoire, raconte-t-il en entrevue téléphonique. M. Quenneville est reparti peu de temps après cet échange, les mains vides.

La société d’État a rapidement reconnu son erreur et a renvoyé une nouvelle directive vers l’heure du dîner. La SAQ est fortement désolée et s’excuse sincèrement de la situation dont elle assume l’entière responsabilité. Ce n’est pas de la faute des employés, indique son porte-parole, Mathieu Gaudreault.

La SAQ veut se coller le plus possible aux recommandations de la santé publique, qu’elle suit à la lettre, selon le porte-parole. Mais celle-là, on l’a échappée.

Des employés nerveux

Comme chez Postes Canada, de nombreux employés de la SAQ sont par ailleurs effrayés de se rendre au boulot.

Les files d’attente à l’extérieur du magasin sont sans fin et les mesures mises en place par notre employeur ne suffisent tout simplement pas, a écrit Sabrina Dumais, une employée de la SAQ depuis six ans, jeudi, dans une publication Facebook partagée près de 500 fois depuis, notamment par bon nombre de ses collègues.

Lors de mon dernier quart de travail, on a ri de moi lorsque j’ai demandé de maintenir une certaine distance et lorsque j’ai refusé de prendre le téléphone d'un client entre mes mains. Et plus sérieusement, j’ai dû montrer la porte à des voyageurs tout juste rentrés de voyage qui d’eux-mêmes m’ont avoué devoir être en quarantaine, poursuit-elle.

À la SAQ, on répète se coller aux recommandations des autorités de la santé publique. Pour l’instant, on applique toutes les directives. On verra pour la suite, explique Mathieu Gaudreault.

Avec les informations de Sébastien Bovet et de Yannick Bergeron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !