•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Craintes pour les victimes de violence conjugale en temps de confinement

Une femme demande à son agresseur de cesser de la menacer.

Une femme victime de violence conjugale

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Plusieurs organismes d'aide aux femmes victimes de violence craignent une augmentation de la violence conjugale au cours des prochaines semaines. Les situations stressantes se multiplient depuis une semaine, ce qui peut entraîner des situations tendues et violentes.

La porte-parole du Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale, Louise Riendeau, souligne que les plaintes pour violence conjugale ont augmenté en Chine et en Italie. Ce n'est pas le cas pour le moment au Québec.

Elle incite les proches des victimes à rester en communication avec elles et à ouvrir leurs portes en cas de besoin. Les lignes d'aide téléphoniques sont toujours ouvertes pour tous les services d'aide. Les appels à l'aide peuvent être compliqués en période d'isolement, précise-t-elle, mais les appels au 911, même muets, sont suivis d'une visite par la police.

Si on a quelqu’un dans notre famille qui est victime de violence conjugale, ou qui vit une situation de contrôle dans son couple, il faut rester présent, insiste Mme Riendeau. On ne peut pas se visiter, mais on peut se téléphoner et utiliser les moyens électroniques.

Du côté des organismes de soutien aux hommes violents, on rappelle que la violence peut également se manifester sous forme psychologique. L'organisme Accord Mauricie a annulé ses activités de groupe, mais maintient le soutien individuel, en personne ou par téléphone. La directrice, Claudia Champagne, invite tous les hommes qui sentent la tension monter à les consulter. Toutes les nouvelles demandes d'aide continuent d'être traitées.

L'Ordre des psychologues conseille d'éviter les séries et films dramatiques, et de se tourner plutôt vers ceux qui divertissent et font rire. L'Ordre ajoute qu'il faut se maintenir informé tout en évitant une surdose de mauvaises nouvelles. Maintenir un horaire et de saines habitudes de vie, notamment pour le sommeil et l'activité physique, permet aussi d'éviter une augmentation du stress et des situations qui pourraient être explosives.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Société