•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mises à pied massives amorcées chez Air Transat

Un avion en plein vol porte le logo d'Air Transat.

Air Transat procède à des licenciements temporaires dont les détails seront annoncés la semaine prochaine.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Jean-Patrick Balleux

Air Transat procède à une importante vague de mises à pied parmi son personnel de bord et de bureau, a appris Radio-Canada. C’était à prévoir avec la crise du coronavirus qui frappe de plein fouet l’industrie aérienne.

Je confirme que nous procédons actuellement à des mises à pied temporaires. Par respect pour nos employés, nous ne communiquerons pas de détails avant que tous nos employés soient informés de façon adéquate, a indiqué vendredi après-midi Marie-Christine Pouliot, conseillère en relations publiques marketing chez Air Transat.

Air Transat compte environ 5000 salariés, dont la moitié sont syndiqués. Aucun service ne semble épargné concernant le personnel en vol et sur terre. Mais Radio-Canada a appris que, dès jeudi, des services entiers du siège social situé à Montréal ont été vidés de leurs employés.

Mme Pouliot précise qu’un portrait de la situation sera dévoilé au début de la semaine prochaine.

Mercredi, le transporteur aérien a annoncé qu’il procédait à la suspension de la majorité de ses vols internationaux jusqu’au 30 avril. Avec la fermeture des frontières en Europe et la décision d’Ottawa de fermer celles du Canada aux voyageurs étrangers, il devenait de plus en plus difficile pour Air Transat de fonctionner.

Cette décision a été prise pour protéger nos clients et nos employés et préserver l'entreprise, avait déclaré Jean-Marc Eustache, président d’Air Transat.

Le transporteur imite Air Canada qui, en début de journée, a envoyé au chômage technique 5000 agents de bord.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

Économie