•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les joueurs de l'Atlético Ottawa appellent les partisans pour les rassurer

Le premier joueur de l'équipe, Ben Fisk, a déjà parlé à près de 50 partisans.

Le logo de l'Atlético Ottawa sur une écharpe.

L'écusson de l'Atlético Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Jean Delisle

Jonathan Jobin

Alors que la Première ligue canadienne de soccer (CPL) annonce le report du début de sa saison, les joueurs de l’Atlético Ottawa tentent de se garder occupés comme ils le peuvent. En isolement volontaire depuis leur retour de Madrid, lundi, ils enchaînent les appels aux partisans depuis quelques jours.

L’équipe contacte les détenteurs d'abonnements de saison. Ben Fisk, premier joueur à avoir signé un contrat avec la nouvelle franchise, mentionne que les joueurs tentent de rassurer la population en ces temps difficiles.

Je ne fais pas ça pour vendre des billets. Les partisans sont surpris de nous entendre et heureux de recevoir nos appels. Nous voulons jaser et créer un sentiment de famille autour du club, raconte Fisk.

Nous tentons d’être des modèles dans la communauté en suivant les protocoles de la santé publique. Tout le monde doit faire sa part pour s'assurer que le virus ne prend pas plus d’ampleur.

Ben Fisk, joueur de l'Atlético Ottawa
Deux joueurs de soccer luttent pour le ballon.

Ben Fisk, dans l'uniforme du Cavalry FC, tente de se défaire d'un adversaire lors d'un match contre le Pacific FC en 2019.

Photo : Reuters / Pacific FC

Le milieu de terrain a tellement apprécié son expérience qu’il a lancé un appel sur les réseaux sociaux pour joindre d’autres amateurs du ballon rond. Il a effectué près de 50 appels.

Je ne m’attendais pas à en faire autant. C’est une belle expérience. On veut envoyer le message que nous sommes tous dans le même bateau. Nous sommes des humains et nous allons traverser cette crise ensemble, précise Fisk, qui ajoute que la solidarité est de mise en ce moment.

Une expérience difficile à Madrid

L’équipe a été rapatriée de Madrid à peine quatre jours après avoir commencé son camp d’entraînement en territoire espagnol.

Nous avons tenu quelques séances d’entraînement à peine et on restait en équipe à l’hôtel le reste du temps.

Ben Fisk

Rapidement, les joueurs ont réalisé que la situation se dégradait en Espagne. Peu de temps après notre arrivée dans la capitale, on a vu que les choses ne s’amélioraient pas. On voyait ce qui se passait aux nouvelles parce que notre hôtel était un peu à l’extérieur de la ville, explique le joueur de 27 ans.

Antoine Coupland

Antoine Coupland, un ancien du Fury, fait partie de la quinzaine de joueurs qui se trouvaient à Madrid avec l'Atlético Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Marier

Sur la route vers l’aéroport, les joueurs ont vraiment réalisé l’ampleur de la situation. Les policiers et les militaires étaient partout. Les commerces étaient fermés. L’aéroport était un endroit plutôt sombre où se trouver. Nous étions heureux de rentrer chez nous, dit Fisk, reconnaissant envers l’organisation.

Plus de 20 000 cas de la COVID-19 ont été recensés en Espagne, qui compte plus de 1000 morts.

Maintenant en sécurité dans son appartement de la capitale canadienne, Fisk tente, comme tous les athlètes, de rester en forme.

Notre salon est rempli de sueur en ce moment. L’important c’est que la santé de tous et que tout le monde soit en sécurité. Quand nous pourrons retourner sur le terrain, on sera fiers de représenter Ottawa dans la CPL, conclut le sympathique joueur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Soccer