•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arnaques à la COVID-19 : les fraudeurs déjà à l’oeuvre

Masques gratuits, versement de compensations gouvernementales, prétendu suivi sur la pandémie offert par une agence gouvernementale : le Centre antifraude du Canada a reçu 29 signalements du genre en deux semaines.

Un homme pose ses mains sur le clavier d'un ordinateur portable dans l'obscurité.

Attention aux arnaqueurs!

Photo : iStock

Radio-Canada

« Rapides et opportunistes », martèle le sergent Guy Paul Larocque, officier responsable par intérim au Centre antifraude, à propos de fraudeurs qui profitent de la pandémie actuelle.

Un texte de Marie Fortin de La facture

Il raconte qu’il n’a fallu que quelques heures après l’annonce des compensations financières du gouvernement fédéral pour voir apparaître des messages comme celui-ci :

Le premier ministre Justin Trudeau a approuvé un chèque immédiat de 2500 $ CA pour ceux qui choisissent de demeurer à la maison pendant la crise du coronavirus. Veuillez remplir et soumettre la requête jointe au plus tard le 25/03/2020.

Extrait d'un message frauduleux

Extrait d'un message frauduleux

Photo : Radio-Canada / Centre antifraude du Canada

Les arnaqueurs sévissent sur tous les canaux : messages textes, courriels, appels téléphoniques, sollicitation sur les médias sociaux. Ils font même du porte-à-porte.

Les fraudeurs s’adaptent rapidement à la situation actuelle, qui cause déjà beaucoup de stress et d’anxiété aux gens, pour maximiser leurs profits, résume M. Larocque.

Des masques « gratuits » et un « suivi » de la pandémie

En tête du palmarès des fraudes les plus signalées à ce jour, il y a celles où des fraudeurs se font passer pour des organisations en lien avec la santé.

La plus dénoncée est illustrée dans ce message texte :

En raison de l’épidémie de COVID-19, la Croix-Rouge fournit des masques à chaque famille.

Une fois qu’on a cliqué sur le lien (chose à ne pas faire), on vous demande d’entrer vos informations de carte de crédit, pour payer de soi-disant frais de transport.

Centre antifraude du Canada

Extrait d'un message frauduleux

Photo : Radio-Canada / Centre antifraude du Canada

Il y a aussi ce courriel qui prétend faussement provenir de l’Agence de santé publique du Canada et qui invite à cliquer sur un lien pour obtenir une mise à jour sur la COVID-19.

Chers parents, nous vous écrivons afin de vous fournir une mise à jour de l'Agence de santé publique du Canada, peut-on y lire.

Peu en argent, beaucoup en données personnelles

Jusqu’à maintenant, les montants en jeu dans les arnaques signalées ne sont pas faramineux, au plus une centaine de dollars par personne, mais même si seulement 1 % des cas rapporte de l’argent aux escrocs, c’est payant quand même, soutient M. Larocque du Centre antifraude.

C’est donc au volume qu’ils s’enrichissent et avec les précieuses données personnelles dérobées à leurs victimes.

Les francophones moins ciblés

La majorité des fraudes signalées sont en anglais, constate M. Larocque, et il y a moins de signalements provenant de francophones.

Ce n’est pas que les anglophones sont plus naïfs, pas du tout, mais c’est plus facile [au téléphone] de déstabiliser les gens, de les contrôler si on s’adresse à eux dans leur langue.

Sans compter qu’un fraudeur ne s’exprimant qu’en anglais, même s’il est bien compris par un francophone, aura sans doute moins de crédibilité dans son rôle d’employé d’un organisme gouvernemental.

Par ailleurs, les autres types de fraudes, comme les appels de faux employés d’agences gouvernementales menaçant les gens de poursuites, voire d’emprisonnement, ne diminuent pas.

Les gens sont fragilisés et les fraudeurs en profitent, déplore-t-il. Et tout cela n’est que la pointe de l’iceberg, puisque les autorités antifraude canadiennes estiment que seulement 5 % des fraudes sont signalées  (Nouvelle fenêtre).

Être vigilants et dénoncer aux autorités

La prévention est la clé, insiste M. Larocque. Il recommande aux gens de prendre un temps de recul s’ils reçoivent des messages comme ceux donnant des conseils médicaux et ceux exigeant une action immédiate ou encore un paiement.

Il est recommandé de ne pas cliquer sur des pièces jointes ou sur des liens venant de courriels ou messages textes non sollicités et de ne jamais divulguer de renseignements personnels ou financiers sur une plateforme dont on n’a pas vérifié l’authenticité.

Enfin, il est important de signaler les fraudes au Centre antifraude du Canada. Cela permet d’alerter la population et de contribuer au déclenchement d’enquêtes. Et en cas de vol d’argent ou de données personnelles, il faut contacter la police.

Pour signaler une fraude :

Centre antifraude du Canada (Nouvelle fenêtre)

Conseils pour se protéger contre les fraudes :

Centre antifraude du Canada (Nouvelle fenêtre)

À bas l’arnaque (Nouvelle fenêtre)

Pour consulter la liste des fraudes signalées au Centre antifraude du Canada :

Fraude liée à la COVID-19 (Nouvelle fenêtre)

Marie Fortin est journaliste à la recherche à l'émission La facture

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

Économie