•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Oui, des pharmacies ont gonflé les prix de certains produits en pleine pandémie

Une pratique isolée, dénoncée par le Groupe Jean Coutu, Familiprix et Pharmaprix.

Des masques dans un étalage d'une pharmacie Jean Coutu de Montréal au prix de 59,99 $ l'unité photographiés par une cliente.

Des prix gonflés de certains produits photographiés par une cliente de Jean Coutu.

Photo : facebook Sophie Lapierre

Une photo (Nouvelle fenêtre) prise par une cliente dans une pharmacie franchisée de la chaîne Jean Coutu, à Montréal, laisse croire au gonflement des prix de certains produits en forte demande en cette époque de pandémie de COVID-19. Nous avons vérifié cette information, et c’est vrai.

Des masques à près de 60 $ pour une boîte de 50 et des bouteilles de solution désinfectante à près de 25 $ l’unité, voilà qui fait sursauter dans le contexte actuel.

Quand Sophie Lapierre a vu ces prix dans une succursale de Jean Coutu à Lachine, elle s’est tournée vers les médias sociaux pour partager son irritation.

Sérieux, Jean Coutu, tu m'écoeures... Profiter du malheur et de la peur de la population pour vendre à des prix démesurés...c'est ridicule !!

Sophie Lapierre, cliente

Le Groupe Jean Coutu (GJC) a confirmé à nos collègues de l’émission La Facture avoir été avisé de plaintes en lien avec des prix gonflés dans certaines de ses succursales franchisées.

Nous avons effectivement été avisés, il y a quelques jours, de situations qui avaient cours dans certaines succursales et on a été choqué , souligne Catherine Latendresse, chef des communications.

Le GJC n’a pas tardé à agir, une directive claire a été acheminée à l'ensemble des pharmacies de cette populaire bannière.

Le siège social du Groupe Jean Coutu a envoyé à ses succursales la directive à l'effet qu'on est déterminé à garder les mêmes prix qu'en temps normal.

Catherine Latendresse, chef des communications, Groupe Jean Coutu

Le Groupe Jean Coutu soutient que des équipes sur le terrain veilleront au respect de la directive de maintien des prix et exhorte les clients à lui signaler toute augmentation abrupte de prix sur les produits en forte demande pendant la crise sanitaire de la COVID-19.

Une pratique répandue?

Le Groupe Jean Coutu n’est pas le seul à avoir recensé ce type de pratique unilatérale de la part d’un franchisé.

La bannière Familiprix nous confirme avoir été mise au fait de l’existence d’un cas semblable dans une succursale et le propriétaire a aussitôt été contacté pour qu’il baisse ses prix, assure Bernard Godbout, vice-président, Mise en marché et marketing.

Nous maintenons notre politique régulière de prix compétitive au marché garantit-il.

Chez Loblaws, société mère de Pharmaprix, on se fait rassurant. Une note aux clients a été publiée sur le site web de l’entreprise.

Sur l’augmentation soudaine de prix de produits très en demande, voici ce qu’on y lit : cela n’arrivera pas dans nos magasins. Nous n'augmenterons le prix d’aucun article de manière à profiter de la COVID-19.

Légal? Oui. Éthique? Non.

Au regard de la loi québécoise, rien n’empêche un détaillant de majorer ainsi ses prix, et ce, même en situation de crise.

On est dans une société de libre-marché, c’est l’offre et la demande qui influencent le choix des prix, note Me Élise Thériault, avocate et conseillère chez Option Consommateur.

Cela dit, des principes d’éthique sont bafoués par ce genre de pratiques, aussi isolées soient-elles.

Sur le plan éthique, c’est carrément douteux, en sachant la situation dans laquelle on est, en sachant qu’on mise sur la panique des gens pour vendre des biens à des prix complètement exorbitants.

Me Élise Thériault, avocate et conseillère, Option Consommateur

En pareil cas, très peu de recours existent pour les consommateurs.

Selon Me Thériault, la seule option qui subsiste serait de poursuivre l’entreprise en invoquant les articles 8 et 9 de la Loi sur la protection du consommateur (Nouvelle fenêtre) qui vise entre autres à prémunir les consommateurs contre une obligation excessive, abusive ou exorbitante.

Un tribunal des petites créances pourrait ainsi déclarer le prix abusif, mais ces dispositions sont très rarement utilisées.

Au sud de la frontière, des cas semblables de hausse considérable des prix de certains produits ont été observés dans le contexte de la pandémie de COVID-19.

Mais ce qui change la donne chez nos voisins américains, c’est que plusieurs villes et près d’une trentaine d’États se sont dotés de lois qui interdisent et sanctionnent sévèrement la hausse subite des prix demandés pour des biens jugés essentiels quand l’état d’urgence est décrété sur leur territoire.

À New York, (Nouvelle fenêtre) des centaines de plaintes et de violations à la loi ont été recensées au cours des derniers jours.

Des bouteilles de solution désinfectante ont même été vues à 79 $ US l’unité à certains endroits. Les peines encourues : jusqu’à 500 $ par article jugé essentiel vendu à plus de 10 % de son prix régulier.

Selon Me Thibault, il serait opportun de réfléchir à la création d’une telle loi au Québec.

Il faudrait peut-être penser à avoir ce type de lois si les situations de crise deviennent de plus en plus nombreuses, notamment dans le contexte des changements climatiques, souligne-t-elle.

Avec la collaboration d'Isabelle Roberge de La Facture

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !